Quatre enfants sont sortis de la cavité dont ils étaient prisonniers dans une grotte, et deux autres devraient sortir demain lundi. Ils étaient piégés depuis 2 semaines avec six autres enfants et leur entraîneur. 13 plongeurs étrangers et 5 plongeurs thaïlandais de la marine royale sont partis les chercher.

Les opérations de sortie des enfants de la grotte de Tham Luang ont commencé
Les opérations de sortie des enfants de la grotte de Tham Luang ont commencé © AFP / Lillian SUWANRUMPHA

Alors qu'on redoute de nouvelles fortes pluies de mousson,  les sauveteurs ont lancé il y a quelques heures une vaste opération d'évacuation. Des centaines de bénévoles, badauds,  journalistes du monde entier se pressent aux abords du site.  Les niveaux d'eau dans la grotte ont beaucoup reculé, grâce aux pompages. 

L'opération de sauvetage a été lancée plus vite que prévu alors que la mousson menace la région.                      

Quatre enfants sont sortis de la grotte, 3 ont été transportés par hélicoptère à l'hôpital. Deux sont encore sous terre dans la "3e chambre" et doivent maintenant regagner la surface à pied.

"Ça va être long pour les faire sortir", prévient Narongsak Osottanakorn, le gouverneur de la province Chiang Rai en Thaïlande. Selon ses déclarations de dimanche matin l'évacuation pourrait  prendre deux ou trois jours.                      "Tous les garçons sont en bonne santé et ont le moral, et ils savent ce qu'ils ont à faire", assure le gouverneur. Ils vont vraisemblablement devoir plonger eux-mêmes en étant accompagnés par des plongeurs.

1'00

Le sauvetage des enfants de la grotte de Tham Luang en Thaïlande a commencé

Par Mathieu Mondoloni

Un boyau étroit 

C'est une zone très étroite dite "T-junction", ou "intersection en T" (en thaï, cela se dit "sam yak").  A cet endroit, le passage n'est plus qu'un boyau, dans lequel il faut se faufiler. 

Cette zone se trouve à 1,7 kilomètre de l'endroit où les enfants ont été découverts. Une fois cette épreuve franchie, les enfants seront à moins d'un kilomètre de la 3e chambre, où les secouristes ont installé leur camp de base.   A partir de là, ils devront encore parcourir près de deux kilomètres, mais le danger sera derrière eux.      

Ils ont plus de quatre kilomètres à parcourir, dont des portions inondées et étroites. Le niveau exact de l'eau est la grande inconnue. Les secouristes ont repoussé au maximum le moment de l'évacuation, le temps de pomper l'eau, jusqu'à avoir un minimum de portions sous-marines à parcourir en plongée.    

Jusqu'ici, il fallait onze heures à un plongeur aguerri pour faire l'aller-retour jusqu'aux enfants: six heures aller, cinq heures retour grâce au courant.   

Eau trouble pour des enfants qui ne savent pas nager

Plonger dans cette eau trouble "comme du café au lait", selon l'expression d'un plongeur, est un sérieux défi, auquel des professionnels ne sont pas venus à bout.  Avec cette eau trouble, impossible de consulter sa montre et autres équipements permettant de surveiller son temps de plongée.  Les plongeurs ont installé une corde le long de la paroi pour leur permettre de se guider.                      

Plusieurs des enfants, âgés de 11 à 16 ans, ne savent pas nager, et aucun n'a jamais fait de plongée. Les médecins qui attendent depuis des jours avec eux les ont jugés aptes à tenter la sortie, mais ils risquent d'être affaiblis par leurs deux semaines dans la grotte, dont une première sans nourriture ni contact avec l'extérieur.                    

Outre la remise en forme physique, la préparation psychologique des enfants est cruciale.  "Ils ont été informés de l'opération et sont prêts à être évacués et à affronter tous les défis", a assuré dimanche le chef de la cellule, Narongsak Osottanakorn.  

Les enfants ont pu recevoir des lettres de leurs parents cette semaine, via les plongeurs, leur disant leur confiance dans leur capacité à le faire.  

Mais replonger dans cette eau trouble qui les a forcés à fuir de plus en plus loin au fond de la grotte, jusqu'à les cerner sur un rocher, n'est pas chose aisée.  Et les enfants sont plus prompts à la panique, même si jusqu'ici le groupe a semblé plutôt résistant mentalement, lançant calmement "merci" aux plongeurs britanniques qui les ont découverts.  Les sauveteurs ont précisé dimanche qu'ils sortiraient "un par un", afin d'éviter une telle panique collective. Ils ont prévenu que les derniers pourraient ne sortir que dans deux ou trois jours, une attente difficile à gérer psychologiquement pour les enfants.

La solidarité des Thaïlandais

Au total, 19 pompes ont été installées, pompant un volume impressionnant d'eau, faisant baisser le niveau d'un centimètre par heure dans cette gigantesque grotte, longue de 10 kilomètres. Cela a complètement inondé les terres agricoles de la zone. Les autorités assurent que près de 130 millions de litres d'eau ont été pompés hors du réseau souterrain, l'un des plus grandes de Thaïlande. Cela représente 50 piscines olympiques..."

Des systèmes de canalisation de l'eau ruisselant de la montagne dans laquelle se trouve la grotte ont aussi été mis en place.Tout en saluant le stoïcisme des agriculteurs de la région qui voient leurs cultures noyées, les autorités mettent en garde contre ceux qui tenteraient de s'improviser sauveteurs. Le chef de la cellule de crise, Narongsak Osotthanakorn, s'en est pris jeudi à l'initiative de sauveteurs non-enregistrés auprès de la cellule de crise: ils ont accidentellement reversé de l'eau dans la grotte.  

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.