Hillary Clinton a posé à Philadelphie les bases de sa campagne pour l’élection présidentielle de novembre. La candidate démocrate propose le « rassemblement » aux Américains.

Hillary Clinton aux supporters de Bernie Sanders : "your cause is our cause".
Hillary Clinton aux supporters de Bernie Sanders : "your cause is our cause". © Maxppp / MIKE THEILER

"C'est avec humilité, détermination et une confiance sans limites dans la promesse de l'Amérique que j'accepte votre nomination pour la présidence des Etats-Unis", a lancé Hillary Clinton, 68 ans. Il s’agissait pour elle, en clôture de la convention d'investiture démocrate, de se montrer à la hauteur de sa désignation officielle comme candidate du parti.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Elle est la première femme de l'histoire à être investie candidate d'un grand parti à la Maison Blanche. Pendant une heure, elle s’est adressée aux électeurs désabusés par une classe politique perçue comme sourde à leurs inquiétudes économiques.

"Certains d'entre vous sont en colère, voire furieux. Et vous savez quoi ? Vous avez raison", a regretté Hillary Clinton. "Nous ne vous avons pas assez bien montré que nous comprenons vos épreuves, et que nous allons vous aider", a-t-elle assuré.

La création d’emploi et la hausse des salaires, ce sera sa "mission principale". L'ancienne chef de la diplomatie a moqué sans ménagement les propos de de Donald Trump.

"La triste vérité est qu'il n'y a pas d'autre Donald Trump. Il est vraiment comme ça", a constaté Hillary Clinton. "L'Amérique est grande, car l'Amérique est bonne", a asséné, solennelle, Hillary Clinton. "Assez d'intolérance et de grandiloquence. Donald Trump n'offre aucun vrai changement".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Pendant toute la soirée, des partisans de Bernie Sanders ont manifesté leur rejet de celle qui représente à leurs yeux une trahison des idéaux de progressistes.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Depuis lundi, lors de cette convention plusieurs soutiens sont venus défendre Hillary Clinton à la tribune. Parmi eux, Bill Clinton qui a raconté Hillary la femme. L’actuel président Barack Obama, en a quant à lui fait son héritière politique et comme le seul recours contre les "démagogues" du type de Donald Trump.

Après son discours, Hillary Clinton a été rejointe par son colistier, le sénateur Tim Kaine. Dès vendredi, ensemble ils entament la nouvelle phase de sa campagne. Le duo prend la route de la Pennsylvanie et de l'Ohio, épicentre de la désindustrialisation, pour un déplacement sur le thème de l’emploi.

Thèmes associés