Hillary Clinton
Hillary Clinton © Reuters/Steve Dipaola

Comme prévu, l'ancienne Première Dame et ex-Secrétaire d'État a lancé officiellement sa campagne pour obtenir l'investiture démocrate pour la présidentielle américaine de 2016. Elle pourrait bien devenir la première femme présidente des États-Unis.

C'est la fin d’un faux suspens (moqué jusqu'au dernier moment, notamment par les humoristes du Saturday Night Live) : Hillary Clinton a donc confirmé qu’elle sera bel et bien candidate à la candidature pour 2016 . Attendue depuis des mois, cette annonce s'est faite sans grand meeting ou intervention télévisée, comme il était encore de coutume jusqu'au début du XXIe siècle, mais dans un mail envoyé par son directeur de campagne aux partisans de sa précédente campagne en 2008, puis dans une vidéo publiée sur YouTube, et enfin sur Twitter.

"Je suis prête à agir moi aussi. Je suis candidate à la présidence."

Dans ce petit film, Hillary Clinton se met en scène au milieu d'Américains lambda, de familles de toutes sortes. Travailleurs, retraités, parents, couples hétéro et homosexuels... "Les Américains moyens ont besoin d'un champion. Je veux être ce champion" , lance la candidate avec un large sourire.

Un coup d'envoi connecté et finalement assez discret. L’ancienne First Lady entend jouer la carte de la modestie, dans une campagne de terrain au plus proche de l’Américain moyen. Se montrer plus accessible en privilégiant les échanges personnels, pour gommer son image parfois arrogante et coupée des réalités de la classe moyenne.

Car c'est cette classe moyenne qui attend toujours de ressentir les bénéfices de la reprise économique du pays, et qui sera au coeur de sa campagne.

A Washington, l'analyse de Frédéric Carbonne

Un "plafond de verre" contre les femmes

Celle qui se rêve en première femme présidente des États-Unis a devant elle un boulevard. Aucun adversaire sérieux ne s'est déclaré dans son camp. Mais c’est à double tranchant : alors que les primaires républicaines s’annoncent acharnées du fait d’un grand nombre de candidats, Hillary Clinton va devoir batailler pour garder l’attention des médias tout au long de la campagne.

D’où le choix de ses conseillers de distiller son programme au compte-gouttes. Car l’ex-Secrétaire d’Etat, forte de son expérience et de celle de son mari, le sait : la route vers la Maison Blanche est encore longue. Et il faudra aussi briser ce qu'elle considère comme le "plafond de verre", celui qui a toujours empêché jusqu'ici une femme de briguer la présidence. Un plafond solide... mais Hillary Clinton a la tête dure.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.