François Hollande arrive sur le Charles-de-Gaulle
François Hollande arrive sur le Charles-de-Gaulle © Reuters / POOL New

Le chef de l’Etat est arrivé en milieu d’après-midi sur le porte-avions déployé dans l’est de la méditerranée pour participer aux opérations en Syrie et en Irak contre l’organisation Etat islamique. Une première, et ce à deux jours des élections régionales.

Le déplacement a été tenu secret jusqu’au départ de François Hollande. Question de sécurité. A l’agenda officiel du chef de l’Etat ce vendredi, figurait seulement un discours à l’Hôtel de ville de Paris, dans le cadre de la COP21. S’étant concerté la veille avec son conseil de Défense, le président de la République s’est donc ensuite envolé vendredi matin en direction du Charles-de-Gaulle, déployé dans l’est de la méditerranée, entre le sud de la Turquie et le nord de l’Egypte, pour lutter contre l’Etat Islamique en Syrie et en Irak.

L’arrivée du Charles-de-Gaulle, il y a deux semaines, marque l’intensification des frappes annoncée par le chef de l'Etat au lendemain des attentats qui ont endeuillé Paris et Saint-Denis. Depuis le 23 novembre, 110 sorties ont été effectuées, entre frappes et vols de renseignement ou de surveillance . Mais le fleuron de la marine française n'est pas voué à rester en méditerranée orientale. Il mettra le cap dans les jours prochains vers le Golfe, afin de remplacer un porte-avions américain dans le cadre de la coalition, a annoncé François Hollande.

Le Charles-de-Gaulle: un outil militaire, diplomatique... et politique

C’est la première fois qu’un président de la République se rend sur le Charles-de-Gaulle en opération loin de sa base toulonnaise. François Hollande, dont la popularité a grimpé en flèche depuis les attentats, cherche-t-il à entretenir son image image de chef de guerre, à deux jours du premier tour des élections régionales ?

"Le président est le chef des armées. Nous sommes engagés militairement contre Daech. C'est naturel qu'il rencontre les troupes engagées dans les opérations", répond l’Elysée, qui souligne que François Hollande s'est déjà rendu auprès des militaires engagés au Mali et en République centrafricaine.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.