laurent fabius appelle à un gouvernement d'union nationale en irak
laurent fabius appelle à un gouvernement d'union nationale en irak © reuters

Le président français François Hollande a invité son homologue iranien Hassan Rohani à se rendre en France au mois de novembre, a annoncé mercredi Laurent Fabius cité par l'agence de presse iranienne Isna lors d'une visite à Téhéran.

"J'apporte une lettre une lettre d'invitation de François Hollande, le président de mon pays, à Hassan Rohani, le président d'Iran, à se rendre en visite en France en novembre", a déclaré le ministre français des Affaires étrangères selon Isna. Le chef de la diplomatie française s'exprimait après une rencontre son homologue iranien Mohammad Javad Zarif. Il doit également rencontrer Hassan Rohani dans la journée.

Ce matin, Laurent Fabius a expliqué la position de la France. Il est au micro de Ludovic Piedtenu.

Laurent Fabius dans le viseur des conservateurs

La visite diplomatique en Iran, Laurent Fabius l'a annoncée sur France Inter il y a tout juste une semaine.C'est la première visite officielle depuis Dominique de Villepin en 2003. Et elle sera scrutée par les responsables des deux pays.

Les conservateurs iraniens ont plusieurs reproches à adresser à la France, et à Laurent Fabius en particulier. D'abord sa sévérité lors des négociations sur le nucléaire . Hubert Védrine, ancien ministre français des Affaires étrangères, explique que ces attaques sont "une façon pour certains groupes iraniens de régler des comptes entre eux. Cela vient surtout des milieux les plus conservateurs, ce sont ceux qui ont le plus peur de l'accord" nucléaire conclu à Vienne.

Ils lui reprochent aussi une éventuelle implication dans l'affaire du sang contaminé (affaire dans laquelle il a été innocenté en France en 1999). Des lots de sang contaminé avaient continué à être exportés à l'étranger, notamment en Iran, y entraînant l'infection et la mort de plusieurs centaines de personnes. Sur ce sujet, le gouvernement iranien reste prudent : "Il n'est pas dans l'intérêt du pays de soulever cette question maintenant", a déclaré le ministre iranien de la Santé, Seyed Hassan Hashemi, rappelant tout de même que l'Iran et la France avaient "une querelle juridique" dans ce dossier.

Une visite test pour la suite

François Hollande a déjà annoncé que :

La manière avec laquelle il sera accueilli sera pour nous aussi une évaluation du comportement de l'Iran. (...) Il est très important que l'Iran fasse la démonstration qu'il y a le temps de la négociation, et nous avons été fermes, et le temps du dialogue.

Le chef de l'Etat français n'oublie évidemment pas les enjeux économiques astronomiques sur place pour les entreprises françaises.

L'Iran pourrait être un nouvel eldorado (Christian Chesnot)

PSA, Renault et Total notamment pourraient relancer leurs implantations iraniennes. Ce marché de 80 millions d'habitants, soumis pendant de longues années à un sévère embargo, est une manne potentielle. Sous l'effet des sanctions visant la République islamique, la France avait vu ses échanges commerciaux avec l'Iran chuter à 500 millions d'euros en 2013 (huit fois moins qu'en 2004, d'après un rapport du Sénat).

La France pourrait être accueillie à bras ouvert en Iran. Azadeh Kian estsociologue et spécialiste de l'Iran.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.