[scald=111727:sdl_editor_representation]RENNES (Reuters) - François Hollande a précisé mercredi soir ses projets de politique étrangère pour les premières semaines suivant son éventuelle élection à la présidence de la République française.

En meeting à Rennes, le candidat socialiste a appelé à la "fermeté à l'égard de l'Iran dont la course vers l'arme atomique doit être arrêtée".

Il a également appelé à protéger les pays de la Méditerranée contre "des dérives autoritaires ou des tentations intégristes".

S'il est élu, François Hollande confirmera au sommet de l'Otan de Chicago, fin mai, son souhait de retirer les troupes françaises d'Afghanistan d'ici la fin de l'année.

"Il n'y a pas de solution militaire en Afghanistan", a-t-il dit devant 15.000 personnes, promettant un retrait "en bon ordre, dans la sécurité de nos soldats et en pleine concertation avec nos alliés".

Au Conseil européen, fin juin, il confirmera s'il est élu son opposition au traité de discipline budgétaire, qu'il veut renégocier pour lui donner une dimension de croissance.

"Je ferai tout pour le modifier", a-t-il dit à Rennes. "Tant de progressistes regarderont dans notre direction".

Souhaitant que l'Union "se rassemble sur un nouveau projet", le candidat PS a dit vouloir proposer aux 27 une "communauté de l'énergie pour faire monter les énergies renouvelables".

Il veut aussi "faire en sorte que la Politique agricole commune (Pac) puisse être préservée, avec des conditions environnementales qui puissent permettre un équilibre entre production et respect de la nature."

François Hollande, qui effectuera le cas échéant son premier voyage de président en Allemagne, souhaite un "rapport équilibré" avec ce puissant voisin.

Il a dit à Rennes vouloir faire comprendre aux Allemands que "leur pays ne peut pas rester un îlot de croissance dans un océan de stagnation".

Elizabeth Pineau et Pierre-Henri Allain, édité par Tangi Salaün

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.