Des dizaines de milliers de manifestants, dont la vedette de la chanson Ricky Martin, ont défilé dans la capitale San Juan lundi pour demander le départ du gouverneur de Porto Rico Ricardo Rossello, empêtré dans un scandale mêlant propos homophobes et corruption.

Des dizaines de milliers de manifestants dans les rues à Porto Rico lundi 22 juillet 2019
Des dizaines de milliers de manifestants dans les rues à Porto Rico lundi 22 juillet 2019 © AFP / David Diaz / FourTwoPhotography / DPA / dpa Picture-Alliance

Les habitants de Porto Rico ont commencé dans la matinée de lundi à bloquer la principale artère de la capitale, San Juan, pour ce qui a été la plus grande manifestation depuis le début de la crise politique. La foule a été évaluée à au moins 500 000 personnes. 

Blagues misogynes et commentaires homophobes 

La crise a commencé il y a 10 jours lorsque des enregistrements ont été révélés par la presse. Dans ces enregistrements, le gouverneur de Porto Rico, Ricardo Rossello, plusieurs membres de son gouvernement et des notables tiennent des propos rmisogynes et homophobes. 

C'est le Centre de journalisme d'investigation qui a révélé ces conversations entre le gouverneur et de hauts responsables locaux sur la messagerie Telegram. 900 pages de messages où il est question des leaders de l'opposition, de journalistes, de personnalités publiques. Selon des extraits publiés par le journal El Nuevo Dia, le chanteur Ricky Martin, ouvertement homosexuel, est notamment visé et moqué.

Le gouverneur reconnait ses "erreurs" mais reste

Devant le scandale des enregistrements, Ricardo Rossello a annoncé dimanche soir qu'il ne briguerait pas un nouveau mandat en 2020. Dans une vidéo postée sur Facebook il a déclaré

"J'ai commis des erreurs et j'ai présenté des excuses"

Mais cela ne suffit pas pour les manifestants qui réclament sa démission immédiate. Chose qu'il refuse à ce jour. D'où la nouvelle manifestation de lundi, après celle de mercredi dernier.

Ricky Martin, Bad Bunny et Residente sur le devant de la scène

Plusieurs artistes d'origine portoricaine se sont joints au mouvement de protestation réclamant la démission du Premier ministre. Le plus concerné : le chanteur Ricky Martin, directement visé par les propos du gouverneur et de ses acolytes enregistrés.

Le chanteur Ricky Martin a participé à la manifestation du 22 juillet à San Juan, capitale de Porto Rico
Le chanteur Ricky Martin a participé à la manifestation du 22 juillet à San Juan, capitale de Porto Rico © AFP / Marcos Caballero / DPA / dpa Picture-Alliance

Avec d'autres personnalités portoricaines comme le rappeur Bad Bunny, il a sévèrement critiqué Ricardo Rossello.

"Ricardo Rossello, tu n'es pas seulement cynique, tu es aussi machiavélique"

View this post on Instagram

#rickyrenuncia #residenciamientoYA

A post shared by Ricky (@ricky_martin) on

Pour René Perez, alias le rappeur Residente, du groupe Calle 13 : 

"Ce n'est pas seulement les commentaires et les injures (...), c'est à cause de toute la corruption qui est derrière toi, de tout ce que tu as fait (...) des gens sont morts à cause de ta putain de culpabilité, parce que tu as échoué à bien organiser les choses"

Bad Bunny, interprète notamment de "Estamos bien” et “Mía", a interrompu sa tournée en Europe pour participer au mouvement de contestation. Il estime que l'heure n'est pas à la musique et a lui aussi appelé à manifester lundi : 

D'autres célébrités de l'île, comme le dramaturge Lin-Manuel Miranda, la mannequin Zuleyka Rivera, l'acteur Benicio del Toro et les chanteurs Marc Anthony, Gilberto Santa Rosa, La India, Olga Tanon ainsi que le duo de "Despacito", Daddy Yankee et Luis Fonsi ont marqué leur solidarité avec les manifestants. Benicio del Toro notamment a participé à la manifestation lundi. 

Une récession depuis une dizaine d'années

Porto Rico est en récession depuis longtemps. L'île a été déclarée en banqueroute en mai 2017. Le gouverneur a alors instauré une politique d'austérité étranglant les portoricains. Des centaines d'écoles publiques ont été fermées. Mais parallèlement, des responsables politiques ont été accusés de corruption. La ministre de l'Education et la directrice de la Sécurité sociale ont été arrêtées pour corruption et fraudes aux marchés publics. Au total, la justice a ordonné l'arrestation de six responsables accusés d'avoir détourné quinze millions de dollars de fonds fédéraux destinés à la reconstruction après l'ouragan.

Une île dévastée par l'ouragan Maria en 2017

L'île de Porto Rico dévastée en 2017 par l'ouragan Maria
L'île de Porto Rico dévastée en 2017 par l'ouragan Maria © AFP / Ricardo Arduengo

À la récession s'est ajouté le désastre causé par l'ouragan Maria de force 5 qui a ravagé une partie des Caraïbes en septembre 2017. Il aurait fait 4 645 morts à Porto Rico, même si le chiffre officiel est de 3 000. Toutes les infrastructures ont été détruites. L'île, ravagée, ne s'est toujours pas remise du désastre. 

Porto Rico ne s'est toujours pas relevée des dégâts causés par l'ouragan Maria
Porto Rico ne s'est toujours pas relevée des dégâts causés par l'ouragan Maria © AFP / Hector Retamal

Le gouverneur Ricardo Rossello a très vite été attaqué à ce sujet, car l'effort de reconstruction n'a pas suffi, et il a quasiment mis un an avant d'admettre que Maria avait fait des milliers de morts.

Les coupes budgétaires puis l'ouragan ont entraîné un exode vers les États-Unis. Porto Rico a perdu 4% de sa population de 3,2 millions d'habitants.

Donald Trump se moque du gouverneur Rossello

L'île caribéenne étant un territoire américain non incorporé, ses habitants ont la nationalité américaine. De fait, Donald Trump est le président de Porto Rico même si c'est le gouverneur Ricardo Rossello qui dirige l'île. Le Président américain ne s'est pas privé de critiques envers Rossello après l'ouragan Maria. 

"L'argent pour la reconstruction n'a pas été utilisée judicieusement"

Au sujet de la crise qui a enflammé l'île la semaine dernière, Donald Trump a dénoncé un gouverneur "assiégé" et des dirigeants portoricains "corrompus".  

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.