Après une nouvelle après-midi de manifestation contre le gouvernement pro-Pékin, de nombreux manifestants ont réussi à forcer les portes du parlement local. Une marée humaine qui a envahi le lieu, le jour de l'anniversaire du retour de Hong Kong dans le giron de la Chine.

Plusieurs milliers de manifestants ont réussi à entrer dans le Parlement de Hong Kong
Plusieurs milliers de manifestants ont réussi à entrer dans le Parlement de Hong Kong © AFP / VIVEK PRAKASH

C'est une date bien particulière pour les habitants de Hong Kong : le 1er juillet 1997, l'île changeait de statut, en étant rétrocédée à la Chine après des décennies en tant que colonie puis territoire d'outre-mer britannique. Ce 1er juillet 2019, 22 ans plus tard, la jeunesse de Hong Kong vient d'accomplir un geste fort contre le pouvoir central de Pékin.

Plusieurs dizaines de manifestants étaient à nouveau déployés dans le centre-ville de Hong Kong dans l'après-midi, dès 15h, pour réclamer le départ du gouvernement pro-chinois mené par Carrie Lam. Une nouvelle marée humaine impressionnante, qui continuait à défiler plusieurs heures après le début de la manifestation, comme le montrait une journaliste de Bloomberg sur place.

Des manifestants dont certains semblent de plus en plus prêts à tout pour se faire entendre. "On sait qu'on viole la loi mais on n'a pas le choix", explique l'un d'eux à l'AFP. Dans leur viseur, une cible très symbolique : le Parlement local, protégé par les policiers anti-émeute, de l'autre côté des vitres que les manifestants tentent de faire tomber à coups de chariot rempli d'objets divers, de barres métalliques ou de pinces.

Les forces de l'ordre brandissent même un panneau pour tenter de les dissuader de continuer : "Cessez de charger ou nous devrons utiliser la force".

Et puis, vers 21h, tout bascule...

Une vitre cède, puis une autre. Les manifestants, avec casques, lunettes de protection, et les très symboliques parapluies (qui rappellent ceux d'une autre série de manifestations à Hong Kong, en 2014), peuvent entrer. De l'autre côté, la police anti-émeute a préféré se replier.

Depuis, cette marée humaine déambule dans le bâtiment, siège du pouvoir de l'île. Sur les réseaux sociaux, on voit se multiplier les vidéos de cette masse de jeunes gens casqués errant dans le vaste lobby du Parlement.

Les manifestants ont également réussi à pénétrer dans l'hémicycle du Parlement, qu'ils occupent et dans lequel ils ont déposé des banderoles et tagué des slogans aux murs. Un peu comme si, en France, des manifestants s'installaient à l'intérieur de l'Assemblée nationale.

Manifestants à l'intérieur de l'hémicycle à Hong Kong
Manifestants à l'intérieur de l'hémicycle à Hong Kong / Capture d'écran YouTube
Les manifestants anti-gouvernement ont réussi à atteindre l'hémicycle du Parlement, sans rencontrer de résistance
Les manifestants anti-gouvernement ont réussi à atteindre l'hémicycle du Parlement, sans rencontrer de résistance / Capture d'écran YouTube

Depuis plusieurs semaines, un projet de loi facilitant les extraditions vers la Chine a poussé plusieurs centaines de milliers de Hongkongais dans la rue (jusqu'à 2 millions de personnes pour la manifestation la plus imposante le 16 juin dernier). Le projet a depuis été suspendu mais pas totalement retiré, ce qui n'a pas suffi à calmer la colère des manifestants.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.