Sortie ce vendredi en France de "Sérotonine", le nouveau roman de Michel Houellebecq. Et déjà, dès lundi prochain, l’ouvrage sera disponible en Allemagne où il est une superstar. A Berlin, le reportage de Ludovic Piedtenu.

Le nouveau roman de Michel Houellebecq vient juste d'arriver chez ce libraire de Berlin. Il pourra le vendre à partir du lundi 7 janvier 2019.
Le nouveau roman de Michel Houellebecq vient juste d'arriver chez ce libraire de Berlin. Il pourra le vendre à partir du lundi 7 janvier 2019. © Radio France / Ludovic Piedtenu

100 000 exemplaires vendus en Allemagne en trois jours pour "Soumission", son dernier ouvrage il y a 4 ans. Il s’en était écoulé au total plus de 500 000, soit la 4ème meilleure vente en Allemagne en 2015.

Michel Houellebecq fascine les Allemands surtout depuis l’énorme succès qu’a rencontré l’adaptation au cinéma en 2006 de son deuxième roman « Les particules élémentaires », avec devant et derrière la caméra un réalisateur et de très grands acteurs allemands. Il est aussi ici depuis régulièrement adapté au théâtre. Il fait l’objet de cours à l’université, de recherches en littérature.

Comment l’expliquer ? Aurélia Passaris est responsable de la librairie francophone des Galeries Lafayette de Berlin. 

Houellebecq avec son chic de tomber vraiment à pic leur parle extrêmement bien et puis il a ce côté provocateur qui donne un petit frisson supplémentaire aux Allemands. Le côté alcoolo, les déclarations à l’emporte-pièce, ce traitement coup de poing, provoc’, polémique à la française qui, j’ai l’impression en tout cas, n’a pas de comparaison possible dans la littérature allemande.

Un journaliste littéraire allemand du quotidien Frankfurter Allgemeine Zeitung avait tenté cette explication : "les Allemands aiment ses provocations, son côté satirique, sarcastique, irrespectueux". 

Il est surtout perçu outre-Rhin comme un intellectuel. Et sa vision de la société contemporaine n’a pas d’égal en Allemagne estime Ben Von Rimscha, le directeur de la librairie Moritzplatz à Berlin.

Pour être honnête, je ne veux pas être injuste avec la littérature allemande mais en ce moment les livres les plus importants et aussi les plus vendus sont des livres français. Virgine Despentes est l’auteure française que nous vendons le plus. Elle et Houellebecq ont en commun des récits tragi-comiques. Ils parlent de la peur du déclassement de la classe moyenne à l’heure de la mondialisation, c’est très contemporain. Mais chez Houellebecq, le dégoût du monde est plus fort, dans une société futile où tout ne tournerait qu’autour des biens et de la consommation. Et ça parle énormément aux lecteurs allemands.

Plus récemment, avec la sortie de son précédent roman, "Soumission", il y a quatre ans, Houellebecq a élargi sa communauté de lecteurs en Allemagne aux électeurs du parti d’extrême-droite AfD, qui citent souvent en exemple son roman paru au moment où la chancelière allemande Angela Merkel décidait d'ouvrir les portes du pays à des réfugiés en majorité musulmans. Un mouvement identitaire allemand lui a même remis un prix en 2016.

Plus récemment, en octobre 2018, il a reçu le prix Oswald Spengler, nom d’un philosophe décliniste allemand dont Michel Houellebecq serait aujourd’hui, selon les responsables du prix, le plus parfait héritier.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.