L'organisation "État islamique" s'approche de Bagdad
L'organisation "État islamique" s'approche de Bagdad © Stringer / Stringer

Le bourreau de l'Etat islamique surnommé "John le djihadiste" est un Londonien né au Koweït nommé Mohammed Emwazi, rapporte le Washington Post, dont les informations ont été confirmées de sources proches des autorités américaines alors que Londres se refuse à tout commentaire.

Plusieurs vidéos du mouvement djihadiste le montrent décapitant ses victimes après s'être exprimé en anglais avec l'accent britannique qui lui valu son surnom. Cagoulé et vêtu de noir, il aurait ainsi exécuté trois Américains, deux Britanniques et plusieurs Syriens. "Son véritable nom, d'après certains de ses amis et d'autres sources proches de lui, est Mohammed Emwazi, un Britannique issue d'une famille aisée qui a grandi dans l'ouest londonien et a obtenu un diplôme de programmation informatique", écrit le Post.Selon d'anciens otages de l'Etat islamique, l'homme que Londres cherche à identifier faisait partie d'un trio de djihadistes britanniques affecté à la garde des prisonniers dont les membres ont été surnommés John, Paul et Ringo, en référence aux Beatles à cause de leur accent.

"A ce stade, nous n'allons pas confirmer l'identité de qui que ce soit, ni apporter la moindre précision sur les progrès de cette enquête antiterroriste", dit la police britannique dans un communiqué.

L'université de Westminster indique quant à elle que Mohammed Emwazi a quitté l'établissement il y a six ans.

Les explications d Franck Mathevon, envoyé spécial permanent de Radio France à Londres

Selon le Washington Post, Mohammed Emwazi affirme que les services de renseignement britanniques ont tenté de le recruter.Il aurait ensuite essayé sans succès de se rendre au Koweït, avant d'être arrêté. Privé du droit de voyager, il seraittoutefois parvenu à gagner la Syrie en 2012.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.