Ce 17 octobre, consommer du cannabis pour le plaisir devient légal au Canada. La patrie de la poutine intègre le cercle très fermé des pays qui autorisent la consommation récréative de cette drogue.

Cannabis
Cannabis © Radio France

Cinq ans après l’Uruguay, en 2013, c’est le Canada qui franchit le pas. Conformément à la promesse de campagne du Premier ministre Justin Trudeau, dès ce mercredi, les Canadiens peuvent faire pousser chez eux jusqu’à quatre plants de marijuana, et détenir en public jusqu’à 30 grammes de cannabis.

Le Canada devient ainsi le premier pays du G7 (les grandes puissances mondiales : Canada, États-Unis, Japon, Allemagne, France, Royaume-Uni et Italie) à légaliser le cannabis, et rejoint la liste encore très fermée de ceux où la drogue récréative est complètement légale.

En effet, si de nombreux pays et États ont légalisé le cannabis, il s’agit pour la grande majorité de cannabis thérapeutique uniquement. C’est le cas par exemple au Chili, en Argentine, au Mexique, et dans 29 États américains.

Les pays où la consommation récréative est légale

Il y a donc, dernier arrivé, le Canada. Cependant, y fumer du cannabis ne sera pas si simple. Dans ce pays où les habitants sont plus nombreux à fumer du cannabis (16 %) que du tabac (13 %), il est interdit de fumer (même du tabac) à moins de neuf mètres des lieux publics, bars, restaurants, mais aussi immeubles d’habitation et bureaux. Les deux tiers des campus étudiants ont interdit le cannabis.

Outre le Canada, l’Uruguay est devenu, en 2013, le premier pays au monde à légaliser toute activité autour du cannabis - qu’il s’agisse des consommateurs ou des distributeurs. La marijuana est vendue à prix fixe - 1,30 dollar le gramme - et limitée à 40 grammes par mois et par personne. Deux entreprises privées, sélectionnées par le gouvernement, sont chargées de la distribution et de la production.

Neuf États américains, dont la capitale Washington, autorisent actuellement le cannabis. Dernier en date : la Californie, devenue en début d’année le plus gros marché légal au monde. Cependant, cet équilibre est menacé par l’arrivée de Donald Trump au pouvoir : jusqu’alors, la loi fédérale des États-Unis continuait d’interdire la marijuana, mais elle devait respecter les décisions des états. Or, récemment, l’administration Trump est revenue sur ce principe. Aujourd’hui, les procureurs fédéraux peuvent agir comme il l’entendent.

Enfin, il existe un pays bien connu des Français qui autorise les cigarettes magiques : les Pays-Bas, eldorado des “coffee shops”. En réalité, la limite d’achat est fixée à cinq grammes. Mais depuis 2012, trois provinces ont interdit cette pratique aux touristes et non-résidents. La capitale La Haye a interdit le cannabis en centre-ville en avril 2018.

Les pays où le cannabis est dépénalisé

De nombreux pays continuent de sanctionner le cannabis, mais sans poursuites pénales : seulement une amende. C’est le cas au Portugal, ainsi qu’en République Tchèque par exemple. Dans ce pays, si l'on est arrêté avec moins de 15 grammes de marijuana sur soi, on ne risque qu'une amende. En Espagne, cette drogue est tolérée - toujours en-deçà d'un certain seuil.

En France, le cannabis est toujours illégal. Pourtant, les jeunes Français sont les plus gros fumeurs d’Europe : quatre sur dix consomment régulièrement du cannabis. Côté sanctions, on ne peut pas (encore ?) parler de dépénalisation, mais en janvier dernier, le gouvernement annonçait la fin de la pénalisation automatique de la consommation. Autrement dit, certains consommateurs pourront n'écoper que d'une amende, en fonction de la quantité et des conditions de leur arrestation. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.