laurent fabius appelle à un gouvernement d'union nationale en irak
laurent fabius appelle à un gouvernement d'union nationale en irak © reuters

Laurent Fabius a dénoncé vendredi une "intervention inacceptable" de la Russie dans l'est de l'Ukraine après la publication par l'Otan de photos satellite montrant des militaires russes engagés dans des opérations dans ce pays.

Devant les Ambassadeurs de France et Invité de France 24, le ministre des Affaires étrangères a dénoncé l'"intervention Russe" en Ukraine :

Nous avons des indications extrêmement alarmantes, oui, qui montrent qu'il y a des forces militaires russes en Ukraine, à l'Est. Lorsqu'un pays envoie des forces militaires dans un autre pays sans l'accord et contre l'accord de cet autre pays, ça s'appelle une intervention et évidemment c'est inacceptable.

Laurent Fabius a dénonce l'inaction en matière diplomatque dont on voit aujourd'hui les résultats.

Les explications de Bertrand Gallicher

L'Otan a appelé vendredi la Russie à cesser ses "actions militaires illégales" en Ukraine

Jeudi, l'Otan a affirmé que plus de 1.000 soldats russes combattaient en Ukraine et que 20.000 étaient massés le long de la frontière.

Berlin a dénoncé une "intervention militaire". Pour Laurent Fabius, si la Russie ne modifie pas en urgence son comportement, "il est probable que les sanctions européennes seront renforcées". Mais celà aura-t-il le moindre effet ?

Le secrétaire général de l'Alliance atlantique Anders Fogh Rassmussen a condamné le "mépris permanent de la Russie pour ses obligations internationales", exigeant des mesures immédiates et vérifiables en vue d'une désescalade" dans le conflit qui ravage l'est de l'Ukraine.

Ces déclarations précèdent une réunion entre les dirigeants européens samedi pour décider d'éventuelles nouvelles sanctions contre la Russie. Le président ukrainien Petro Porochenko sera lui-même présent à Bruxelles, où il sera reçu notamment par le président sortant du Conseil, Herman Van Rompuy, dont le remplaçant devra, en outre, être désigné.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.