[scald=106995:sdl_editor_representation]PARIS (Reuters) - Aucun élément ne laisse à penser qu'il y a eu des failles des services de renseignement sur les Français évoluant au sein de cellules djihadistes et ayant séjourné en Afghanistan, a déclaré jeudi le ministre des Affaires étrangères Alain Juppé.

Mohamed Merah, qui a revendiqué les tueries de Montauban et de Toulouse qui ont fait sept morts, était connu des services de police pour son militantisme salafiste et ses voyages dans la zone pakistano-afghane.

Interrogé sur les moyens de contrôle des Français présents en Afghanistan et combattant pour le compte d'Al Qaïda, Alain Juppé a répondu sur Europe 1 : "Ils sont contrôlés, l'auteur de ces attentats monstrueux a été interrogé récemment par les services de renseignement."

"Je comprends qu'on puisse se poser la question de savoir s'il y a une faille ou pas. Comme je ne sais pas s'il y a une faille, je ne peux pas vous dire quel genre de faille, mais il faut faire la clarté là-dessus."

Le ministre ne dispose d'aucun élément laissant à penser qu'il y ait eu des failles dans le dispositif, a-t-on précisé dans son entourage.

Marine Pennetier, édité par Dominique Rodriguez

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.