La frontière turco-syrienne
La frontière turco-syrienne © REUTERS/Umit Bektas / REUTERS/Umit Bektas

Myriam, une femme de 25 ans s'est alarmée auprès des autorités du projet de son mari français de se rendre avec leur fille de 20 mois en Syrie pour y rejoindre le Front al-Nosra. L'Elysée promet "un examen approfondi". Elle témoigne sur France Inter.

L'homme de 25 ans est visé par une enquête pour soustraction de mineur. il serait actuellement en Turquie avec sa fille Assia, âgée de 20 mois.

Sa femme, elle aussi âgée de 25 ans vit dans l'Ain et n'a pas vu sa fille revenir le 14 octobre. Elle a porté plainte. Une information judiciaire pour soustraction de mineur a été confiée à un juge d'instruction de Bourg-en-Bresse.

Selon la jeune femme, son époux s'est "radicalisé après un voyage à La Mecque". Il lui a alors demandé de porter le voile, lui a reproché de travailler et lui a interdit de faire écouter de la musique à leur enfant. Depuis plusieurs semaines, son mari l'appelle régulièrement de Turquie pour lui demander de la rejoindre :

Il m'a appelée pour me dire qu'il ne pouvait plus m'attendre et qu'il allait passer la frontière (turco-syrienne) avec notre fille dès ce week-end et rejoindre le Front al-Nosra.

Le témoignage de Myriam au micro de Camille Payan

Le Front al-Nosra est un groupe jihadiste en lutte contre le régime de Bachar al-Assad.

La jeune femme a écrit à l'Elysée et a reçu une réponse datée du 10 décembre. Dans cette lettre, il lui est promis "un examen approfondi" de son dossier :

Sensible à l'épreuve que vous traversez, M. François Hollande, qui mesure l'étendue de vos inquiétudes, comprend votre angoisse et le sentiment d'incompréhension qui vous anime.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.