Des militaires, des policiers et des membres des services de sécurité en civil étaient présents mercredi parmi les touristes, place Tiananmen à Pékin, pour le 25e anniversaire de la répression sanglante des manifestations pour la démocratie du printemps 1989.

Les forces de l'ordre procédaient à des contrôles d'identité et à des fouilles de bagages personnels pour prévenir toute tentative de commémoration de l'événement.

La Chine a justifié mardi la répression sanglante du mouvement démocratique de la place Tiananmen, assurant qu'elle avait agi de façon adéquate dans l'intérêt de la population. Pour le Parti communiste, les manifestations qui ont eu lieu place Tiananmen à Pékin et qui se sont étendues à d'autres villes du pays restent un sujet tabou alors que le gouvernement a qualifié ces mouvements de "contre révolutionnaires".

Cet "anniversaire" n'a jamais été célébré en Chine alors que des commémorations ont lieu tous les ans à Hong Kong, malgré son retour dans le giron chinois en 1997, tout comme à Taïwan.

Des milliers de personnes se sont rassemblés à Hong Kong. Reportage de la correspondante de France Inter, Florence de Changy

Le gouvernement chinois n'a jamais communiqué de bilan après la répression mais, selon les mouvements de défense des droits de l'homme et des témoins, le nombre de victimes va de plusieurs centaines à plusieurs milliers.

L'un des trois leaders de la contestation, Wu Runnan, est toujours sur la liste noire du régime. Il est réfugié en banlieue parisienne, et appelle encore à résister

Les services de Google interrompus

"Le gouvernement chinois a tiré il y a longtemps les conclusions des troubles politiques de la fin des années 1980", a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Hong Lei lors d'une conférence de presse.

Durant les trois dernières décennies et plus de réformes et d'ouverture, les énormes prouesses réalisées par la Chine en matière de développement social et économique ont attiré l'attention du monde entier. La construction de la démocratie et de l'état de droit a continué à être améliorée.

À l'approche de cet anniversaire, des arrestations ont eu lieu et la sécurité a été renforcée à Pékin tout comme le contrôle sur internet. Les services de Google ont notamment été interrompus. Hong Lei n'a pas souhaité commenter cette information, assurant que le gouvernement "gère internet dans le respect de la loi".

"La peur augmente avec les années"

Marie Holzman, spécaliste de la Chine, était l'invité du journal de 13 heures de Claire Servajean ce mercredi. Elle préside l'association "Solidarité Chine" :

25 ans après Tiananmen, il n'y a toujours pas de liberté politique. Et ce qui étonnant, c'est que la peur augmente avec les années.

Il y a 25 ans... Tiananmen
Il y a 25 ans... Tiananmen © Idé
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.