TÉMOIGNAGE | Léa a 15 ans. Depuis plusieurs mois, après un long silence, elle raconte au centre de prévention contre les dérives sectaires liées à l’Islam son parcours, depuis les messages sur Facebook jusqu'à son recrutement par des djihadistes pour partir en Syrie. Un véritable endoctrinement qu'elle a enfin réussi à briser.

► ► ► À L'ANTENNE | Ces filles qui partent au djihad, le zoom de la rédation

Son parcours

Au début de l’année 2014, l’adolescente a été recrutée sur Facebook par des djihadistes qui lui proposent de l’envoyer en Syrie. Ses correspondants lui promettent que sur place elle mènera une mission humanitaire , qu’elle pourra sauver des enfants de la guerre, et qu’elle deviendra "une bonne musulmane". En quelques semaines, Léa est endoctrinée. Elle se coupe de son milieu familial, elle ne regarde plus les informations. Elle s’isole totalement.

Un matin, une voiture l’attend devant son collège pour l’emmener en Turquie. Là-bas, elle doit rencontrer un islamiste radical, lui faire un enfant, fonder une famille et le rejoindre après en Syrie. Mais la jeune fille rate de quelques minutes le rendez-vous. Comme les autorités ont été informées de son projet, l’adolescente comprend qu’elle ne pourra plus quitter la France. Sur Facebook, puis directement par téléphone, ses interlocuteurs lui demandent alors d’inciter d’autres jeunes au départ et de commettre des attentats en France "contre les juifs" .

Interpellée par la DGSI, Léa est ensuite placée sous contrôle judiciaire. Aidée par les membres de l’association de Dounia Bouzar, l’adolescente comprend peu à peu qu’elle a été piégée, qu’elle s’est fait endoctriner. Séance après séance, elle se confie un peu plus : un travail de longue haleine qui porte enfin ses fruits.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.