manifestations pro-russie dans l'est de l'ukraine
manifestations pro-russie dans l'est de l'ukraine © reuters

Des manifestants pro-russes ont attaqué plusieurs bâtiments officiels à Donetsk et Kharkiv. Ils ont été délogés ce matin. Le premier ministre ukrainien, Arseni Iatseniouk, accuse la Russie de mettre en œuvre "un plan pour démembrer l'Ukraine".

  • A Kharkiv

C’est sur sa page Facebook que le ministre de l’intérieur ukrainiein a annoncé que la situation était revenue à la normale à Kharkiv. Le bâtiment "a été totalement libéré des séparatistes", écrit Arsen Avakov. "Merci à ceux qui ont apporté leur aide", a-t-il ajouté, sans donner plus de détails sur l'opération.

Hier soir, plus de 2.000 manifestants pro-russes s'étaient massés devant le bâtiment de l'administration régionale. Bâtiment qui abrite les bureaux du gouverneur nommé par le pouvoir central de Kiev, désormais pro-européen. Certains ont réussi à entrer à l’intérieur, avant donc d'être délogés.

  • A Donetsk

Donetsk aussi a été le théâtre d’un coup de force. Là aussi le bâtiment de l'administration a été attaqué par des manifestants. Et il serait toujours sous leur contrôle ce midi.

  • A Louhansk

Des manifestants pro-russes ont aussi pénétré dans les locaux des services de la sécurité nationale à

Louhansk dans l'est de l'Ukraine et se sont emparés d'armes. "Des inconnus qui se trouvaient dans le bâtiment ont pénétré dans l'arsenal et ont pris des armes", indique la police locale qui a bloqué les accès à la ville.

Poutine directement visé

Conséquence de ces différents incidents, le président ukrainien par intérim Olexandre Tourtchinov a reporté une visite en Lituanie. Il accuse Vladimir Poutine et le président ukrainien déchu Viktor Ianoukovitch d'être derrière les "désordres séparatistes."

Même sentiment pour son Premier ministre, Arseni Iatseniouk . Il accuse la Russie de mettre en oeuvre "un plan pour démembrer l'Ukraine." Ces incidents font partie d'un "plan pour qu'une armée étrangère passe la frontière et envahisse le territoire ukrainien, ce que nous ne permettrons pas."

A Moscou, les explications de Pierre Ludwig

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.