Alors que les feux de forêts se poursuivent en Amazonie, les annonces se multiplient pour venir en aide au "poumon de la planète". Des initiatives publiques, mais aussi privées, promettent plusieurs dizaines de millions d'euros. Mais le président brésilien Jair Bolsonaro semble ne pas vouloir de ces dons.

Les flammes continuent de progresser dans la forêt amazonienne
Les flammes continuent de progresser dans la forêt amazonienne © AFP / Victor MORIYAMA / GREENPEACE / AFP

Les incendies qui ravagent la forêt amazonienne en ce mois d'août sont quatre fois plus nombreux que l'an dernier : depuis le début du mois, pas moins de 4 000 feux ont été détectés par les systèmes d'imagerie satellite, contre un peu plus de 1 000 l'an dernier. Ces dernières 24 heures, les feux ont encore progressé, malgré des opérations de lutte anti-incendie de l'armée brésilienne. 

Face à l'aggravation des incendies dans cette forêt souvent désignée comme "le poumon de la planète", qui représentent également une menace directe pour les habitants touchés par les nuées de fumée, la communauté internationale se mobilise, avec des initiatives gouvernementales comme privées.

Le G7 : 20 millions de dollars... refusés par le Brésil

Le groupe des sept pays les plus industrialisés du monde, qui étaient réunis jusqu'à lundi à Biarritz, ont tous ensemble acté le débloquage d'une aide d'urgence de 20 millions d'euros directement destinée à affréter des avions bombardiers d'eau et des moyens techniques pour lutter contre les feux. Une aide qui a été déclinée par le Brésil, qui assure que les incendies sont "sous contrôle". "Macron n'arrive même pas à éviter un incendie prévisible dans une église qui fait partie du patrimoine mondial de l'humanité, et il veut nous donner des leçons pour notre pays ?", a par ailleurs affirmé le chef de cabinet du président brésilien Bolsonaro. Mardi, le Brésil a finalement accepté de discuter de cette aide, à la condition qu'Emmanuel Macron présente des excuses. 

Par ailleurs, le G7 s'est aussi mis d'accord sur "un plan d'aide d'au moins 30 millions" de dollars pour aider à la reforestation : celui-ci devra être validé aux Nations Unies fin septembre.

Le Royaume-Uni : 10 millions d'euros pour la reforestation

Lundi, en marge du sommet du G7, et avant les annonces communes à tous les États participant au sommet, le Premier ministre britannique Boris Johnson a annoncé une aide de 10 millions de livres. Celle-ci ne servira pas directement à lutter contre les flammes, mais à la reforestation de l'Amazonie et à reconstruire les habitations des personnes touchées par les incendies. "Au cours d’une semaine où nous avons tous regardé, horrifiés, la forêt tropicale amazonienne brûler sous nos yeux, nous ne pouvons échapper à la réalité des ravages que nous infligeons au monde naturel", a-t-il déclaré.

Le Canada : 15 millions de dollars canadiens

En plus des 15 millions de dollars promis par le G7, le Premier ministre Justin Trudeau a lui aussi annoncé que son pays allait débloquer une aide supplémentaire. Celle-ci se traduit par l'envoi d'un avion bombardier d'eau sur place ainsi que par le déblocage d'une somme de 15 millions de dollars canadiens (soit environ 10 millions d'euros) pour aider le Brésil à lutter contre les flammes. Le Premier ministre a rappelé que son pays avait été aussi touché par des feux dévastateurs ces dernières années, et a ainsi souligné l'importance d'un "réseau de soutiens et d'amis qui peuvent compter les uns sur les autres". 

Leonardo DiCaprio : 5 millions de dollars

Lundi également, l'acteur Leonardo DiCaprio a annoncé qu'il donnait, par le biais de son association Earth Alliance, un fonds d'urgence de cinq millions de dollars. "Il y a une tragédie majeure dans le monde entier à cause du changement climatique et de ce qui se passe en Amazonie (...) Nous essayons d'inciter d'autres personnes à s'impliquer, s'informer et contribuer si elles le peuvent", a-t-il déclaré. L'acteur, qui s'était rendu au Brésil il y a deux ans pour aider à combattre des incendies, a appelé les gouvernements du monde à collaborer "pour s'assurer que cela ne continue pas". 

LVMH : 10 millions d'euros

Le groupe industriel, qui avait déjà donné une grosse somme (200 millions d'euros) pour la réhabilitation de la cathédrale Notre-Dame de Paris, a déclaré, après l'annonce du plan d'aide du G7, vouloir s'associer à cette initiative en débloquant à son tour dix millions d'euros supplémentaires. Bernard Arnault ainsi que le photographe Yann Arthus-Bertrand, membre du conseil d'administration de LVMH, ont appelé "toutes celles et tous ceux qui partagent comme eux la conviction que l'Amazonie, trésor du patrimoine naturel mondial doit être sauvegardée, à (y) participer".

Apple va faire un don au montant inconnu

Pour l'heure, on ne connait pas le montant du don que va faire la marque à la pomme. Mais lundi, le PDG d'Apple, Tim Cook, a lui aussi annoncé que son entreprise allait "faire un don pour aider à préserver la biodiversité et réparer l'indispensable forêt amazonienne". 

Et vous, comment donner ?

Pour l'heure, aucune levée de fonds mondiale n'a été faite pour aider à la lutte contre les incendies et à la reforestation. C'est donc du côté des ONG qu'il faut chercher des initiatives en faveur de la forêt amazonienne. Repérés par Franceinfo, plusieurs fonds américains sont en pointe sur les programmes humanitaires en faveur de la forêt amazonienne, comme par exemple l'Amazon Conservation assocaition ou le Rainforest Trust. Contacté par France Inter, un porte-parole de cette ONG confirme avoir constaté "une hausse massive des dons depuis que les incendies font la une des médias", et surtout que "98% des dons viennent de gens qui n'avaient jamais donné à notre organisation avant". 

D'autres associations proposent de spécifiquement de financer des arbres à planter, comme Saving the Amazon, où on un don de 5 euros représente la plantation d'un arbre.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.