Le gouvernement régional estime que cette mesure permet d'améliorer la sécurité des femmes, tout en facilitant leurs déplacements. Le métro de la capitale est en effet considéré comme particulièrement sûr, notamment grâce à des compartiments exclusivement réservés aux femmes.

Pour améliorer la sécurité des voyageuses, dans le métro de New Dehli, depuis 2009, certains wagons sont réservés aux femmes.
Pour améliorer la sécurité des voyageuses, dans le métro de New Dehli, depuis 2009, certains wagons sont réservés aux femmes. © Getty

C'est peut-être une solution pour lutter contre les violences faites aux femmes : le gouvernement régional de New Delhi prévoit de rendre les transports publics gratuits pour les femmes, estimant que ces derniers sont bien plus sûrs que les alternatives pour se déplacer. Mais cette mesure va coûter cher, et l’opposition accuse les autorités de populisme à 6 mois des élections régionales. Qu'en pensent les principales intéressées ?

Mira sort du métro vêtue d’une tunique bleu et blanche, du rouge brillant sur les lèvres. Cette employée de bureau serait ravie de pouvoir prendre le métro gratuitement, car ce trajet quotidien lui coûte plus de 10% de son salaire mensuel : "Si je peux économiser cet argent, je l’utiliserai pour l’éducation de mes enfants et pour mon foyer. Beaucoup de femmes comme moi refusent du travail car le coût du transport est trop élevé par rapport au salaire proposé."

Ces derniers mois, certains tarifs de métro ont doublé, ce qui a poussé de nombreuses personnes à revenir au déplacement à pieds.

Les plus aisées invitées à payer malgré tout

Le gouvernement de New Delhi a promis de mettre en place cette mesure dans deux ou trois mois, et elle doit concerner environ 8 250 000 femmes. Il demande aux femmes aisées de continuer à payer malgré tout. Charu, une jeune avocate, est prête à collaborer : "Je peux me permettre de payer et je vais payer pour mon ticket. Je pense que personne ne doit être un fardeau pour les contribuables, et les femmes le savent. Celles qui le peuvent doivent payer."

Cette mesure engendrera une perte de revenus de plus de 100 millions d’euros par an. Une somme qui, selon l’opposition, pourrait être utilisée pour acheter plus de bus, qui manquent cruellement dans la capitale. Le gouvernement envisage également d'installer 150 000 caméras de vidéosurveillance dans la capitale cette année, là aussi pour améliorer la sécurité des habitantes.

New Delhi compte aujourd'hui 20 millions d'habitants à elle seule, et l'Inde 1,3 milliard d'habitants. Le pays a violemment pris conscience de la vulnérabilité des femmes sur son territoire en 2012, avec le viol collectif d'une étudiante suivi d'un procès au retentissement médiatique mondial. En 2016 seulement, près de 40 000 agressions sexuelles ont été signalées en Inde, un nombre qu'on soupçonne d'être bien plus élevé en raison de l'omerta sur la question.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.