Explosions et tirs à Djakarta
Explosions et tirs à Djakarta © REUTERS/Beawiharta

Plusieurs explosions suivies d'une fusillade ont semé le chaos jeudi, dans le centre de Djakarta, où au moins sept personnes, dont cinq assaillants, ont été tués. Le groupe État islamique a revendiqué l'attaque.

La revendication d'IE s'est faite par le biais d'une agence de presse proche de l'organisation djihadiste :

Les combattants de l'Etat islamique ont mené cette attaque ce matin en visant des étrangers et les forces de sécurité chargées de les protéger dans la capitale indonésienne.

Les explosions, des témoins en ont compté six, notre correspondante en a entendu quatre, ont retenti ce jeudi, peu après 10h heure de Djakarta, dans un centre commercial proche du bureau des Nations Unies et des ambassades, notamment l'ambassade de France. dans un poste de police. Au moins deux kamikazes se sont vraisemblablement fait exploser et des coups de feu ont également été entendus à l'extérieur d'un café Starbucks et une fusillade s'est produite entre les assaillants et les policiers dans un cinéma situé dans le même bâtiment que le Starbucks précédemment pris pour cible. Après des heures de recherche de possible tireurs cachés dans le centre commercial ou dans les environs, la police a enfin annoncé, en fin d'après-midi, que tous les assaillants étaient neutralisés.

Le déroulement précis des événements et l'identité des assaillants demeureencore inconnu, mais le président Joko Widodo a d'emblée dénoncé des actes "terroristes" et la police a annoncé qu'un groupe lié à l'EI était soupçonné d'avoir perpétré les attaques. La police a initialement fait état de bombes, avant depencher pour des engins explosif du type grenade.

Le géant américain Starbucks a annoncé jeudi la fermeture "jusqu'à nouvel ordre" de tous ses cafés de Jakarta, par mesure de précaution,

La police indonésienne était en alerte maximale pendant les fêtes de fin d'année en Indonésie, après avoir déjoué un attentat suicide projeté à Jakarta pour le Nouvel An par des extrémistes présumés pour certains liés au groupe djihadiste Etat islamique.

L'ambassade de France à Jakarta met en garde les ressortissants Français et leur demande de limiter les déplacements.

Une autre explosion a été signalée par les médias locaux à Palmerah, dans la banlieue ouest de Djakarta, sans que l'on sache si elle était reliée aux autres. La police a dit ne pas être en mesure de la confirmer.

Les derniers attentats de grande ampleur dans la capitale indonésienne remontent à 2009, lorsque des bombes avaient visé les hôtels Marriott et Ritz Carlton. En 2002, un attentat contre une boîte de nuit revendiqué par un groupe lié à Al Qaïda avait fait 202 morts sur l'île de Bali.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.