Ces 173 djihadistes auraient pu être entraînés à mener des opérations terroristes suicides sur le sol européen selon l’organisation internationale de la Police.

La liste a été établie à partir de documents trouvés par les américains lors de la reconquête de certains fiefs contrôlés par le groupe Etat Islamique
La liste a été établie à partir de documents trouvés par les américains lors de la reconquête de certains fiefs contrôlés par le groupe Etat Islamique © Reuters /

Alors que le groupe Etat Islamique perd du terrain en Syrie et en Irak, la menace terroriste continue quant à elle de peser sur l’Europe. Interpol, l’organisation internationale de la Police, a fait circuler une liste de 173 djihadistes qui auraient pu être entraînés à mener des opérations terroristes suicides sur le sol européen. Une information révélée par le quotidien britannique the Guardian.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

La liste de kamikazes potentiels a été établie grâce à des documents principalement recueillis par les services de renseignements américains lors de la reconquête de certains fiefs contrôlés par le groupe Etat Islamique. Elle définit les combattants comme des individus qui auraient manifesté leur volonté de commettre un attentat suicide à l’étranger et qui auraient pu recevoir une formation pour construire et positionner des engins explosifs improvisés.

D’après le Guardian, ces informations ont d’abord été transmises au FBI, puis à Interpol, qui a par la suite fait circuler ces 173 noms aux 190 pays membres du réseau Interpol afin d’obtenir plus de détails sur leurs casiers judiciaires, l’historique de leurs voyages à l’étranger, leurs numéros de passeport et données biométriques, ainsi que leurs activités sur les réseaux sociaux.

Mais bien que de nombreuses informations sur ces djihadistes figurent déjà sur la liste, Interpol n’est pas en mesure de dire si ces individus sont actuellement sur le sol européen.

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.