"Bernie", le pourfendeur de Wall Street, qui appelle à une "révolution politique".
"Bernie", le pourfendeur de Wall Street, qui appelle à une "révolution politique". © Reuters / Mark Kauzlarich

L'Iowa, première étape des primaires américaines dans la course à la Maison Blanche, a été dure pour Donald Trump et Hillary Clinton, les favoris des sondages.

Première étape dans le choix de leur candidat pour l'élection du 8 novembre qui désignera le successeur de Barack Obama, républicains et démocrates se sont rendus ce lundi dans les bureaux de vote de ce petit État du Midwest.

Si du côté républicain, les jeux sont faits avec la victoire de l'ultra-conservateur Ted Cruz, du côté des démocrates, Hillary Clinton est quasiment à égalité avec Bernie Sanders, 74 ans, sénateur du Vermont.

Son mari Bill à ses côtés, l'ancienne First Lady a expliqué que son parti était "ce qu'il y a de mieux pour l'Amérique" face à des candidats républicains qui cherchent à "diviser". L'équipe de campagne d'Hillary Clinton a toutefois revendiqué sa victoire .

►►► L'invitée d'Inter Treize, Marie-Cécile Naves auteure du livre "Le nouveau visage des droites américaines"

Envoyé un message au monde politique

"Les habitants de l'Iowa ont envoyé un message au monde politique, au monde économique et aux médias", a commenté "Bernie", le pourfendeur de Wall Street, qui appelle à une "révolution politique".

Marco Rubio, troisième chez les républicains, il talonne Donald Trump. "Pendant des mois, on nous a dit que je n'avais aucune chance car je portais un message optimiste (...) ou que mes cheveux n'étaient pas gris", a réagi le sénateur de Floride au sourire de jeune premier.

Trump pourfendeur des "loosers" a perdu

Pour ces "caucus" (réunions), les républicains votent à bulletin secret, alors que les démocrates forment des groupes par candidat afin de répartir des délégués. Donald Trump, le magnat de l'immobilier, trois fois marié, arrive deuxième derrière le très religieux sénateur du Texas Ted Cruz. Selon les projections des télévisions américaines, est arrivé en tête avec environ 28% des voix.

"Ce soir est une victoire pour les courageux conservateurs, dans l'Iowa et à travers ce grand pays", a-t-il expliqué. Pour lui ce résultat serait la preuve que le président des Etats-Unis ne serait pas choisi par "les médias, les élites de Washington ou les lobbyistes". Mais le grand perdant de ces élections est Jeb Bush, l'ancien gouverneur de Floride, fils et frère de président, qui termine très loin derrière.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.