Famille de chrétiens irakiens qui a fui Mossoul pour se réfugier à Erbil
Famille de chrétiens irakiens qui a fui Mossoul pour se réfugier à Erbil © REUTERS/Ahmed Jadallah

L'armée américaine a débuté des frappes ciblées contre des positions armées de l'Etat islamique. Alors que les djihadistes sont aux portes de la ville d'Ebril, la capitale du Kurdistan irakien, le barrage de Mossoul est tombé aux mains des djihadistes, qui contrôlent désormais l'approvisionnement en eau et en électricité d'une vaste zone irakienne.

Deux chasseurs F/A-18 ont largué des bombes à guidage laser sur une pièce d'artillerie mobile près d'Erbil, a déclaré le contre-amiral et porte-parole du Pentagone John Kirby . C'est dans cette région semi-autonome du Kurdistan irakien que se trouve un consulat américain. Afin de protéger son personnel et d'éviter un génocide des minorités religieuses assiégées, le président des Etats-Unis avait autorisé quelques heures plus tôt des frappes aériennes ciblées pour contrer l'avancée des djihadistes.

Jeudi, La France s'est dite prête à apporter son soutien aux forces engagées pour stopper les combattants islamistes. Le Conseil de sécurité de l'ONU, qui s'est réuni jeudi, a condamné les attaques de l'Etat islamique et a appelé la communauté internationale à soutenir le gouvernement et le peuple irakien. Les Etats-Unis ont également largué ces dernières heures 72 colis divers dont 8.000 rations alimentaires et des milliers de litres d'eau potable pour les civils près de Sinjar. La ville est tombée aux mains des djihadistes de l'EI le 3 août dernier.

Ecoutez les explications d'Aurélien Colly :

La décision américaine est une première depuis le retrait des Etats-Unis du pays en 2011. Elle a été saluée par le Premier ministre britannique David Cameron qui a toutefois exclu toute intervention militaire de la part de son pays. Le Royaume-Uni, qui préside le Conseil de sécurité au mois d'août, entend faire circuler un projet de résolution qu'il espère faire adopter à l'ONU dans les prochains jours. Cette résolution ciblerait les réseaux de financement et les canaux de recrutement de l'Etat islamique.

Le Vatican envoie un cardinal en Irak

Le Vatican a décidé vendredi d'envoyer le cardinal Fernando Filoni, ancien nonce en Irak, auprès des chrétiens du nord du pays. Il se rendra auprès des populations du nord de l'Irak. " Le Saint-Père a nommé le cardinal Filoni, préfet de la Congrégation pour l'évangélisation des peuples, comme son émissaire, dans le but d'exprimer sa proximité spirituelle avec les populations qui souffrent, et leur apporter la solidarité de l'Eglise", a déclaré le porte-parole du Pape François.

Ces réactions de la communauté internationale sont accueillies avec soulagement par les chrétiens d'Irak. Youssef Thomas Kirkouk, évêque Kirkouk dans le nord de l'Irak, espère que les frappes américaines n'interviendront pas trop tard.

Ecoutez la réaction de Youssef Thomas, évêque de Kirkouk :

Depuis la chute de Qaraqosh, la principale ville chrétienne irakienne, des milliers de personnes fueint en direction d'Erbil. Le Père Anis est l'un d'eux. Il tire la sonnette d'alarme sur les conditions de vie de ces réfugiés.

Ecoutez le Père Anis :

Quelques milliers de djihadistes

Selon des experts, les combattants de l'Etat islamique ne serait que quelques milliers. Ils sont pourtant parvenus au cours des deux derniers mois à conquérir une large partie du territoire irakien, notamment dans la région de Mossoul, dans le nord du pays.

Leur force réside surtout dans leur armement, chars, humvees et missiles notamment, souvent de facture américaine, pris à l'armée irakienne mise en déroute aux premiers jours de leur offensive. Une armée sous-entrainée et mal équipée qui peine donc à contenir l'avancée des combattants. "L'EI a révélé des lacunes navrantes chez ses opposants, et pour commencer le spectacle réellement lamentable de l'armée irakienne", souligne le groupe américain Soufan, spécialisé dans le renseignement.

Une propagande efficace

L'Etat islamique, né en 2004 sous un autre nom, a profité du conflit syrien pour prendre de l'ampleur. Les combats en Syrie "ont offert à l'EI un entraînement et des opportunités d'apprentissage hors-pair", souligne le groupe américain Soufan, spécialisé dans le renseignement. Les djihadistes ont acquis une réputation de tueurs sanguinaires, et ont mis en place une propagande efficace. Les réseaux sociaux, sur lesquels ils n'hésitent pas à diffuser des photos d'ennemis décapités, sont également l'une de leurs armes.

Une maitrise de la communication qui fait que les djihadistes ne rencontrent que peu de résistance dans les villes qu'ils attaquent. La ville de Sinjar a été massivement abandonnée par les civils lors de l'annonce de l'arrivée imminente des djihadistes au début du mois d'août.

Dans le nord de l'Irak, des dizaines de milliers de chrétiens et de Yazidis ont été poussés à fuir face à l'avancée des extrémistes sunnites. Les Yazidis, une communauté kurdophone pré-islamique considérée par les djihadistes comme "adoratrice du diable", se sont retrouvés piégés, sans eau ni nourriture, dans les montagnes désertiques environnantes.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.