des milliers de yazidis d'irak ont réussi à fuir sinjar
des milliers de yazidis d'irak ont réussi à fuir sinjar © reuters

Pour continuer à lutter contre les djihadistes de l’État Islamique, la France achemine les premières armes pendant que l'Union européenne cherche toujours une réponse unique sur le dossier irakien. Les Etats-Unis eux n'excluent plus l'envoi de troupes.

La question se posait depuis la livraison de 18 tonnes d'aide humanitaire dimanche matin, la France, en accord avec Bagdad, a décidé de livrer dans les toutes prochaines heures des armes aux autorités irakiennes. Paris souhaite "soutenir la capacité opérationnelle des forces engagées contre l’Etat islamique" et surtout aider "la population dans la région du Kurdistan irakien." Pas question pour autant d'envoyer des troupes françaises.

Invité du journal de TF1 ce mercredi soir, le ministre des affaires étrangères le confirme : "cela répond aux besoins urgents des Kurdes. Des armes sophistiquées pour rééquilibrer les forces" précise Laurent Fabius :

De son côté, l'Union européenne cherche à parler d'une seule et même voix. Les ministres des affaires étrangères européens se sont donnés rendez-vous vendredi à Bruxelles. Objectif: coordonner une politique européenne jusqu'ici discordante. Un rendez-vous demandé depuis plusieurs jours par la France.

Les Etats-Unis n'excluent plus l'envoi de troupes

Face aux dizaines de milliers d'irakiens réfugiés dans le nord du pays, Washington a refusé , pour la premère fois, d'écarter l'hypothèse d'un envoi de troupes au sol. Une reflexion humanitaire, pour venir en aide aux minorités religueuse persécutées, comme les Yézidis. Une communuaté ni musulmane, ni chrétienne que l'Etat Islamique menace d'extinction.

Ils sont des milliers chaque jour, fatigués par des heuresde marche sans eau ni nourriture, à scruter le ciel dans l’attente d’une bouteille d’eau ou d’un paquet de biscuit. Depuis le 3 août et l’attaque des djihadistes de l’Etat Islamique, ils ont fui leur village. "L’exil ou la mort " disent –ils. C’est pour cette raison qu’ils ont pris la fuite vers les montagnes. Mais c’est là, sur ces hauteurs, pris au piège entre la frontière syrienne et les exactions des islamistes qu’ils tentent de survivre. 20 à 30 000 selon le Haut-Commissare de l’ONU pour les réfugiés.

"Nous avons mangé des écorces d’arbres et des pousses d’herbes"

Ils n’ont plus rien, les morts se comptent par dizaines chaque jour «des vieux et des enfants » souligne un réfugié. Ils doivent leur salut à l’arrivée des hélicoptères américains chargés d’aide humanitaire. Des bouteilles d’eau et des biscuits, autant dire pas grand-chose, mais toujours mieux que les écorces d’arbres et les pousses d’herbes qu’ils ont réussi à avaler pendant près de huit jours.

Les États-Unis envisagent leur évacuation de facon « urgente »

Ces adeptes d’une des plus vielles religion monothéiste du Moyen-Orient craignent d’être purement et simplement "rayés de la carte". Vian Dakhil, une députée yézidi irakienne, a imploré la communauté internationale à leur venir en aide "au nom de l’humanité." Jonh Kerry, le chef de la diplomatie américaine a indiqué que les Etats-Unis, en plus de leur intervention militaire, étudaient comment évacuer de façon "urgente" les civils piégés dans les montagnes du nord de l’Irak. En attendant, l’ultime espoir des Yézidis réside dans ce qu’ils ont appelé "le corridor du Sinjar. " Un passage humanitaire qui transite par la Syrie vers une zone controlée par des groupes armés kurdes.

Irak : les Yézidis persécutés par les djihadistes
Irak : les Yézidis persécutés par les djihadistes © ide
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.