Où sont passés les milliards de dollars dépensés par les Américains et l'ONU pour reconstruire l'Irak? 10 ans après le renversement de Saddam Hussein, le bilan est très mitigé. Le flot de dollars s'est d'abord évaporé dans la corruption qui gangrène la société. L'Irak fait aujourd'hui partie des pays les plus corrompus au monde à côté de l'Afghanistan et de la Somalie.

La production de pétrole dépasse la barre des 3 millions de barrils/j mais les carences en eau et en électricité persistent. A Bagdad, les habitants n'ont droit qu'à 3 à 5 heures de courant par jour! Le projet de budget 2013 montre les priorités des autorités irakiennes : l'énergie, la défense et la sécurité obtiennent 42,4 milliards de dollars contre 11,2 milliards pour l'éducatrion et l'enseignement, 6,1 milliards pour la santé et l'environnement et 3,5 milliards pour l'eau et l'assainissement.

Les gens survivent comme ils le peuvent. La nutrition des enfants restent problématique. En matière de santé, la vaccination est aléatoire : 5 enfants sur 10 de moins de trois ans ne reçoivent pas les vaccins requis au moment adéquat. L'illettrisme, notamment chez les femmes, connaît une hausse vertigineuse : 18 à 20% de la population serait actuellement illettrée, et ce chiffre passe à 26,4% quand il s'applique aux femmes.

Traumatisée par des années de guerre et d'embargo, la société se remet donc lentement des douleurs du passé. Un chiffre résume à lui seul tous les malheurs du peuple irakien : 12% de la population est aujourd'hui handicapée! Le bout du tunnel n'est pas encore pour demain.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.