la progression des rebelles sunnites vers bagdad ralentie par l'armée irakienne
la progression des rebelles sunnites vers bagdad ralentie par l'armée irakienne © reuters

Comme une impression de déjà-vu... Le secrétaire américain à la Défense a ordonné l'envoi d'un porte-avions dans le Golfe, en prévision d'une éventuelle intervention militaire en Irak. Les rebelles djihadistes ont ralenti leur progression.

Une progression jusqu'ici rapide, mais qui semble aujourd'hui contenue. Et ce, grâce en partie aux contre-offensives des troupes gouvernementales irakiennes... Mais aussi peut-être à la mobilisation en-dehors du pays.

► ► ► ALLER PLUS LOIN | Iran et États-Unis main dans la main pour aider l'Irak ?

L'Iran a ainsi proposé rapidement son aide (sans préciser sous quelle forme) pour lutter contre "l'assassinat de citoyens irakiens". Le président iranien Hassan Rohani a même évoqué un soutien aux États-Unis, à condition "pour lutte contre les groupes terroristes en Irak et ailleurs".

La Maison-Blanche ne veut pas annoncer clairement une intervention (Barack Obama a promis vendredi qu'il n'y aurait aucun envoi de troupes au sol), mais elle la prépare toute de même. Dans la soirée de samedi, le secrétaire américain à la Défense Chuck Hagel a ordonné l'envoi d'un porte-avions dans le Golfe.

Cet ordre apportera au commandant en chef une souplesse supplémentaire si l'option militaire est nécessaire pour protéger les Américains et leurs intérêts en Irak.

Le porte-avions George H.W. Bush, qui se trouve actuellement dans le nord de la mer d'Oman, sera accompagné par le croiseur lance-missile Philippine Sea et le destroyer Truxtun. Les navires doivent arriver à destination dans la journée de dimanche.

Des volontaires pour assister les forces irakiennes

En visite à Samarra, le Premier ministre chiite Nouri al Maliki a annoncé aux officiers de l'armée irakienne stationnés dans cette ville qu'ils allaient recevoir le renfort de "volontaires" et les a assurés de la victoire face aux insurgés de l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL).

Samarra ne sera pas la dernière ligne de défense mais un point de ralliement et une rampe de lancement (pour la contre-attaque). Dans les prochaines heures, tous les volontaires vont arriver pour soutenir les forces de sécurité dans la guerre contre les bandes de l'EIIL. Pour eux, c'est le début de la fin.

L'armée irakienne affirme avoir réussi à contenir les djihadistes avec le soutien de la milice chiite Assaïb Ahl al Haq (la Ligue des Vertueux) et à reprendre la ville de Moukdadiya, au nord-est de Bagdad. En parallèle, les forces kurdes, qui tentent elles aussi de stopper les djihadistes, contrôlent plusieurs secteurs, notamment un poste irakien à la frontière syrienne, un emplacement stratégique pour les combattants de l'EIIL.

Les Kurdes pourraient profiter de la situation pour asseoir leur ambition de bâtir un état indépendant.

Khaman Assad, représentante du gouvernement du Kurdistan en France, avec Etienne Monin et Gilles Gallinaro

L'offensive djihadiste en Irak
L'offensive djihadiste en Irak © IDÉ
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.