Hassan Rohani aux urnes en Iran en 2013
Hassan Rohani aux urnes en Iran en 2013 © MaxPPP

L’Iran vote ce vendredi pour élire ses nouveaux députés et ces nouveaux membres de l’Assemblée des experts. Ces 88 personnes sont chargées de nommer le guide suprême. Un scrutin crucial au moment où l’Iran fait son retour sur la scène internationale.

Le président actuel Hassan Rohani espère parvenir à une majorité d’élus modérés pour engager des réformes au niveau politiques et sociales.

Les 290 nouveaux parlementaires sont élus pour quatre ans au suffrage universel direct. Le Conseil des gardiens de la Constitution valide les lois et choisit les candidats aux législatives à l’Assemblée des experts et à la présidence. Par ailleurs, ce conseil valide tous les scrutins.

Les 88 membres de l’Assemblée des experts sont des religieux. Ils sont élus pour huit ans au suffrage universel direct et élisent à leur tour le guide suprême. Ils peuvent également le démettre.

Le FMI table sur une croissance de plus de 4,3%

Actuellement, c’est l’ayatollah Ali Khamenei qui occupe ce poste et qui déteint par conséquent l’essentiel du pouvoir.

Enfin, le président est élu au suffrage universel direct pour quatre avec un maximum de deux mandants successifs. Il nomme son gouvernement.

Grande puissance régionale chiite, face à son grand rival sunnite, l’Arabie saoudite, l’Iran a une croissance actuelle quasiment nulle. Une situation économique qui devrait changer avec la levée des sanctions internationales. Le FMI table sur une croissance de plus de 4,3% en 2016-2017 après l’entrée en vigueur de l’accord sur le nucléaire.

A Téhéran, le reportage de Christian Chesnot :

Système politique iranien
Système politique iranien © Radio France / idé
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.