La Floride se prépare à l'arrivée de l'ouragan tôt dimanche matin. L'état d'urgence a été décrété. 150 000 personnes doivent être évacuées. Les habitants se barricadent.

Irma : les habitants de Miami font des provisions
Irma : les habitants de Miami font des provisions © Reuters / reuters

Selon le gouverneur de Floride Rick Scott, "Irma est plus gros, plus fort et plus rapide que l'ouragan Andrew", le plus destructeur à ce jour, qui avait frappé les Bahamas puis la Floride en 1992. La mairie a mis en place quatre centres d'accueil en ville, d'une capacité de 8 000 personnes. Et s'apprête à transformer les écoles en abris d'urgence.

Ll'ouragan est sur Cuba dont il longe la côte nord où là aussi le pire est à craindre. Cuba sera ensuite sur la route de José, comme la Floride, la zone la plus peuplée du secteur, où plus de 5 millions et demi de personnes ont été appelées à évacuer.

Une trajectoire encore incertaine

L'extrême sud de l'état américain pourrait être atteint dès la nuit de samedi à dimanche. Mais la trajectoire présente encore des incertitudes.

Le National Hurricane Center met à jour l'évolution d'Irma sur son site toutes les six heures.

Le maire de Miami, Carlos Gimenez, a ordonné l'évacuation des quartiers côtiers densément peuplés, notamment la station balnéaire de Miami Beach, prisée des touristes pour ses bars, restaurants et boîtes de nuit. Il s'agit d'une première évacuation d'envergure depuis 12 ans dans le comté de Miami-Dade.

Habitants , touristes et hôpitaux se préparent

Queues interminables aux stations-service, rayons des supermarchés vides, altercations entre clients excédés : les habitants se précipitent pour faire des provisions.

Le gouverneur a demandé aux représentants des compagnies pétrolières d'alimenter le plus rapidement possible les stations afin de permettre aux habitants de partir de la zone à risques.

En Floride, les supermarchés dévalisés, à commencer par l'eau minérale
En Floride, les supermarchés dévalisés, à commencer par l'eau minérale © AFP / Leila MACOR

Des sacs de sable ont été distribués dans les quartiers en zone inondable, alors que les compagnies d'assurance refusent depuis lundi tout nouveau contrat contre les inondations et les ouragans. Les files d'attente s'allongent pour la distribution de sacs de sable :

Miami Beach et les Keys sont des zones très touristiques. Les touristes qui ont pu trouver rapidement un avion sont repartis. Mais nombreux sont ceux contraints de rester sur place car tous les vols sont complets.

Le reportage de Grégory Philips :

C'est le cas de Julien Baldacchino, journaliste à France Bleu. il a dû quitter son hôtel de Miami Beach jeudi à l'approche d'Irma :

Trois solutions : se réfugier à l'aéroport, trouver un autre hôtel ou être évacué vers un centre d'hébergement.

►►► ÉCOUTER | Julien Baldacchino, bloqué à Miami et évacué de son hôtel :

Key West, Key Largo, Key Biscayne se vident

Les Keys, archipel du Sud de la Floride, sont les premières à être exposées, avant Miami. Les autorités ont ordonné leur évacuation dès jeudi.

Les transports publics sont mobilisés pour évacuer les habitants à partir de midi ce jeudi (18h heure de Paris)

Au moins 25 000 personnes ont déjà quitté la zone, a précisé le gouverneur de Floride Rick Scott qui s'attend à d'autres évacuations à mesure qu'Irma se rapproche.

Key West, la dernière île au sud de l'archipel, est la plus touristique. Ce jeudi matin, ce n'était qu'un désert.

Les autorités rassurent les sans-papiers

Lorsqu'Harvey a frappé le Texas il y a dix jours, des sans-papiers ont affirmé ne pas être allés dans les abris d'urgence car ils craignaient d'être arrétés par la police. Le maire de Miami a exhorté les sans-papiers à ne pas craindre l'expulsion du pays s'ils se présentent dans les centres d'hébergement.

Nous ne demanderons pas de papiers d'identité. Tous ceux qui ont besoin d'un abri sont les bienvenus et doivent venir sans craindre une quelconque conséquence.

Les animaux sont mis à l'abri

La Floride abrite de nombreux espaces de conservation d'animaux et zoos. Le zoo de Miami a pris les devants pour éviter le drame du passage d'Andrew il y a 25 ans : le parc avait été entièrement détruit. Cette fois-ci, les responsables ont évacué les animaux en prévention. Il y a 25 ans, ils avaient "abrité" les flamands roses dans les toilettes du parc animalier :

Cette fois-ci, les animaux sont exfiltrés des parcs situés en zone à risque, ou bien enfermés dans leurs cages et mis à l'abri.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.