campagne israëlienen et un poster de Benjamin Netanyahu à Tel Aviv
campagne israëlienen et un poster de Benjamin Netanyahu à Tel Aviv © Oded Balilty/AP/SIPA

Benjamin Netanyahu n’est absolument pas certain de pouvoir remporter les élections législatives de demain mardi en Israël. Après six ans à la tête du pays, son leadership est contesté et ces élections semblent tourner au référendum : pour ou contre Bibi.

Au vu des derniers sondages, la coalition de centre gauche représentée par l'Union sioniste du travailliste Isaac d’Herzog et de la centriste Tzipi Livni semble bien partie pour remporter les élections.

Netanyahu a mené une campagne très droitière, basé presque uniquement sur la défense d’Israël : intervention aux Etats-Unis pour tenter d’interdire tout accord sur le programme nucléaire de Téhéran ou en défenseur de Jérusalem et eds colonies. Encore lundi il a accusé son principal adversaire, Isaac Herzog, d'être prêt à diviser Jérusalem et à renoncer à y construire pour les juifs.

Pourtant c’est plutôt sur les sujets économiques et sociaux que les israéliens veulent entendre les politiques, notamment concernant la flambée des prix des logements et le coût élevé de la vie en général.

Particularité israélienne : les sndages snot peu crédibles et aucun parti n'a jamais remporté de majorité absolue du fait du mode de scrutin à la proportionnelle intégrale, et le pays a toujours été dirigé par un gouvernement de coalition, et, dans la mesure où les partis de droite et d'extrême-droite sont plus nombreux, les commentateurs estimaient qu'il serait plus facile au Likoud qu'à l'Union sioniste de former une nouvelle coalition, même en cas de courte défaite.

L'analyse de Sébastien Laugénieà Jérusalem

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.