netanyahu va soumettre les idées de kerry à son gouvernement
netanyahu va soumettre les idées de kerry à son gouvernement © reuters
**Le gouvernement israélien a décidé de suspendre les négociations de paix avec l'Autorité palestienne, prévue dans la soirée, après l'annonce d'un accord de partage du pouvoir entre le Hamas et l'Organisation de libération de la Palestine (OLP). Des sanctions économiques sont aussi envisagées.** Dans un communiqué, l'État hébreu a annoncé une décision à l'unanimité du cabinet pour "que le gouvernement israélien ne négocie pas avec un gouvernement palestinien s'appuyant sur le Hamas, une organisation terroriste qui appelle à la destruction d'Israël". Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, avait auparavant sommé Mahmoud Abbas, président de l'Autorité palestinienne, de choisir entre la réconciliation avec le mouvement islamiste et la poursuite du processus de paix. Dans un communiqué, le chef du gouvernement israélien écrit : > Abbas a choisi le Hamas et pas la paix. Quiconque choisit le Hamas ne veut pas la paix. Un accord de partage du pouvoir avec le Hamas reviendrait à "signer la fin des négociations entre Israël et l'Autorité palestinienne", avait auparavant affirmé le chef de la diplomatie israélienne, Avigdor Lieberman. Benjamin Netanyahu devrait réunir ce jeudi son cabinet de sécurité pour examiner la réponse à apporter à l'initiative palestinienne. ### Les États-Unis "déçus", Mahmoud Abbas "confiant" Les États-Unis ont fait part de leur "déception" après la conclusion de l'accord interpalestinien, qui ne peut que compliquer, selon Washington, la recherche d'une solution négociée entre Israël et les Palestiniens. Jon Psaki, porte-parole du département d'État, a déclaré : > On voit mal comment Israël pourrait négocier avec un gouvernement qui ne reconnaît pas son droit à l'existence. **L'OLP et le Hamas ont signé un accord général qui évite, pour le moment, de rentrer dans les détails. Les explications à Jérusalem de Sébastien Laugénie.**
Pour sa part, Mahmoud Abbas a estimé que cet accord n'empêchait nullement la poursuite des négociations avec les Israéliens en vue de trouver une solution négociée prévoyant la création d'un État palestinien. "Il n'y a vraiment aucune contradiction entre l'unité des Palestiniens et les négociations, nous voulons une paix juste fondée sur une solution à deux États", a-t-il dit. ### Un gouvernement d'union d'ici cinq semaines L'accord interpalestinien prévoit la formation d'un gouvernement d'union dans les cinq semaines et la tenue d'élections dans un délai de six mois après un vote de confiance du parlement. Le Hamas, qui contrôle la bande de Gaza depuis juin 2007, et le Fatah, mouvement de Mahmoud Abbas dominant au sein de l'OLP, butaient jusqu'ici sur les modalités d'application de l'accord de réconciliation conclu en 2011 sous les auspices de l'Égypte, en raison notamment de désaccords sur les relations avec Israël.
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.