Deux Israéliens blessés et unefemme tuées
Deux Israéliens blessés et unefemme tuées © REUTERS/Ronen Zvulun / REUTERS/Ronen Zvulun

Lundi, des Palestiniens ont tué une Israélienne et un soldat dans deux attaques au couteau distinctes. Un nouveau signe que les violences liées au contentieux de l'esplanade des Mosquées de Jérusalem continuent de se propager dans le pays.

Les violences ne sont désormais plus circonscrites à Jerusalem. Hier midi, c'est le poumon économique d'Israël Tel Aviv qui a été le lieu d'une première attaque au couteau. Un soldat de 20 ans a été poignardé à plusieurs reprises par un jeune palestinien de 18 ans, originaire de la ville de Naplouse en Cisjordanie. Il a été arrêté quelques minutes après.

Quatre Heures plus tard, c'est une voiture qui fonçait sur un arrêt de bus en territoires occupés au sud de Bethléem. Le conducteur a ensuite poursuivi à pied ses victimes avec un couteau, blessant deux Israéliens et tuant une jeune femme de 25 ans. Le Palestinien, originaire d'Hebron, a été grièvement blessé par un garde de sécurité. Les services de renseignement parle pour le moment d'attaque isolée, sans préparation. Mais le Jihad islamique a affirmé que l'auteur des coups de couteau en Cisjordanie était l'un de ces membres. Le Hamas a également salué ces attaques.

Le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou a ordonné hier soir un renforcement des forces de sécurité ainsi que la destruction des maisons de deux suspects.

De nouveaux affrontements à Hébron ce matin

► ► ► LIRE | Pourquoi la tension monte à Jérusalem ?

Pour Leïla Shahid, l'ambassadrice de la Palestine auprès de l'Union européenne, c'est le désepoir qui inspire tous ces actes de violence.

Un ras-le-bol sincère et généralisé d'une population.

Abbas accuse le Hamas de "détruire" la réconciliation palestinienne

Le président palestinien a accusé le Hamas de "saboter" et de "détruire" la réconciliation palestinienne. Nicolas Ropert a assisté à son discours.

Ceux qui font ça sont-ils vraiment ceux qui veulent l'unité ?

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.