israël annonce la libération de prisonniers palestiniens
israël annonce la libération de prisonniers palestiniens © reuters

Alors que les négociations entre Israéliens et Palestiniens doivent reprendre mercredi à Jérusalem, Israel va libérer mardi soir 26 détenus palestiniens.

Dimanche soir, une commission ministérielle israélienne a approuvé la libération de 26 détenus de longue date "à la suite de la décision du gouvernement de reprendre les pourparlers de paix avec les Palestiniens", selon un communiqué du bureau du Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Ces prisonniers représentent un premier contingent sur les 104 promis par les Israéliens, qui doivent être libérés progressivement, en fonction de l'avancée des négociations.

Après trois ans de blocage, les négociations israélo-palestiniennes ont repris fin juillet à Washington et doivent se poursuivre mercredi à Jérusalem puis à Jéricho, en Cisjordanie.

La plupart des 26 détenus, qui devraient être libérés avant mercredi matin, avaient été arrêtés pour le meurtre d'Israéliens ou de Palestiniens soupçonnés de collusion avec Israël.

14 détenus seront relâchés dans la Bande de Gaza et 12 en Cisjordanie.

En attendant leur libération, les familles se préparent à les accueillir. Emilie Baujard est allée à la rencontre de la famille Al Haj dans le nord de la Cisjordanie qui attend le retour de Mustafa, condamné à la prison à vie dans les années 80 pour le meurtre d’un colon israélien.

Le reportage Emilie Beaujard

Malgré les libérations de détenus, l'annonce de nouveaux logements dans les colonies plombe la reprise des négociations israélo-palestiniennes

Mais ce geste de bonne volonté a été éclipsé par l'annonce dimanche par Israël d'un appel d'offres pour la construction d'un millier de nouveaux logements dans des colonies en Cisjordanie et à Jérusalem-Est.

Washington, l’ONU et l’Union Européenne ont regretté la démarche. Mais le gouvernement israélien n'a pas l'intention de renoncer.

Selon certains médias, l'annonce de ces constructions a été organisée pour calmer l'aile dure de la coalition dirigée par Benjamin Netanyahu, hostile à la libération de détenus palestiniens.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.