manifestation place taksim, à istanbul
manifestation place taksim, à istanbul © reuters

Un an après les grandes manifestations du printemps 2013, la police a bouclé le parc du centre d’Istanbul, ainsi que la place Taksim, pour empêcher la tenue d'une cérémonie de commémoration. Des affrontements ont éclaté entre manifestants et policiers.

Le pouvoir n’a pas l’intention de laisser la population se rendre sur la place Taksim - attenante au parc Gezi. Le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan a bien insisté sur le fait que les forces de sécurité ont reçu des consignes strictes de maintien de l'ordre.

Le point sur la situation à 19h avec Jerôme Bastion, correspondant de France inter à Istanbul

Les forces de l'ordre ont d'ailleurs chargé les manifestants dans la rue Istiklal, la grande rue commerçante qui aboutit sur la place Taksim. Des canons à eau et des gaz lacrymogènes ont notamment été utilisés, et 65 personnes avaient déjà été interpellées à 19h. En tout, selon la presse, 25.000 policiers ont été mobilisés en vue de la manifestation.

6 morts

Il y a un an, jour pour jour, la police évacuait par la force les manifestants du parc Gezi. Depuis plusieurs jours, des centaines de personnes étaient rassemblées là, demandant au gouvernement de revenir sur son projet : remplacer le parc par un centre commercial.

S’en était suivi des manifestations monstres place Taksim. Des dizaines de milliers de personnes en colère contre le premier ministre, jugé trop autoritaire, 10 ans après son accession au pouvoir. Au fil des semaines, le mouvement s’était étendu à d’autres villes du pays. La répression, violente, avait entraîné la mort de 6 personnes, dont un policier.

►►► ALLER PLUS LOIN : Benjamin Illy, de retour de Turquie, raconte la répression de la manifestation en mémoire de la catastrophe de Soma

► ► ► WEBDOC | L'esprit de Gezi

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.