Matteo Salvini, le leader de la Ligue du Nord, en meeting à Verona
Matteo Salvini, le leader de la Ligue du Nord, en meeting à Verona © REUTERS/Stefano Rellandini
**Des élections régionales - dans sept région municipales et un millier de communes - qui ont valeur de test pour le chef du gouvernement Matteo Renzi, mais surtout pour Silvio Berlusconi, dont le parti Forza Italia est en pleine déliquescence et qui pourrait être remplacé, dans son rôle de premier opposant, par Matteo Salvini, le leader de la Ligue du Nord.** Les élections des conseillers régionaux ont lieu dans sept régions sur vingt : Vénétie, Ligurie, Toscane, Ombrie, Marches, Campanie, Pouille. Certains conseils municipaux vont également être renouvelés (1.000 municipalités sur plus de 8.000 que compte l'Italie). Les bureaux de vote ont ouverts depuis 7h00 ce dimanche, et le resteront jusqu’à 23h00 ce soir. t Les premiers résultats sont attendus lundi matin. **22 millions d’Italiens vont donc voter pour cette première bataille électorale depuis les élections européennes de l’année dernière, remportées haut la main par le parti démocratique de Matteo Renzi.** ### L’occasion de mesurer quel est encore l’avenir politique de Silvio Berlusconi Comme avant chaque élection, Silvio Berlusconi a été ces derniers jours l’invité de toutes les émissions de télé de la Péninsule, car en Italie, c’est encore à la télévision que se gagnent les élections. Mais à 78 ans, Silvio Berlusconi risque bien de jouer sa dernière bataille électorale car Forza Italia est en pleine déliquescence. L’homme bénéficie certes toujours d’un socle d’électeurs fidèles, qu’on va mesurer lors de ces élections. S’il n’arrive pas à réunir au moins 10% autour de son nom, ce scrutin marqua sans doute sa vraie fin politique. ### Personne ne semble en mesure de proposer une alternative au Parti Démocratique Le parti de Matteo Renzi dicte l’agenda politique face à une droite italienne impuissante, car fragmenté en une mosaïque de petits partis. Tous, à part la Ligue du nord, qui s’est transformée, sous l’impulsion de son leader, Matteo Salvini. Un discours radical, anti migrants, anti roms, anti Europe. Un parti devenu national et qui rêve d’occuper toute la place à droite. **Giovanni Orsina est politologue à l’université de la Luiss.**
0'29

La ligue du nord

**La Ligue du Nord est à peu près sûre de remporter au moins une région, la Vénétie, son bastion en Italie.**
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.