A Rome, deux populistes pour les élections municipales
A Rome, deux populistes pour les élections municipales © Reuters/Stefano Rellandini

Plus de 13 millions d'Italiens se rendent aux urnes ce dimanche pour des élections municipales partielles qui font figure de test pour le gouvernement de Matteo Renzi et pour la droite italienne. A Rome, c’est la candidate populiste qui est favorite.

C’est le 1er tour des élections locales dans plus de 1 300 communes parmi lesquelles des grandes villes comme Rome, Milan, Turin, Naples ou Bologne. Comme il l'avait déjà fait en avril, Matteo Renzi, le chef du gouvernement italien, s'est évertué à recadrer les débats en répétant qu'il ne s'agit pas de voter "sur le gouvernement mais, ce qui est beaucoup plus important, pour choisir l'avenir de sa propre ville".

Elections importantes en particulier à Rome. La capitale est administrée par un Préfet depuis huit mois , depuis que le Maire de centre gauche a démissionné, fragilisé par l’affaire de corruption Mafia Capitale, et lâché par le Parti Démocrate. Celui de Matteo Renzi qui très prudent a bien pris soin de ne pas s’engager dans la campagne municipale romaine.

Rome pourrait basculer aux mains du Mouvement 5 Etoiles , ce mouvement populiste créé par le comique Beppe Grillo, apparu en 2013, aujourd’hui deuxième parti d’Italie. Virginia Raggi, la candidate du Mouvement 5 Etoiles fait figure de favorite, avec environ 30% des intentions de vote selon les derniers sondages, contre environ 24% pour le candidat du Parti démocrate, Roberto Giachetti. Derrière ce duo, Giorgia Meloni, la candidate de la droite, soutenue notamment par le parti populiste et anti-immigré de la Ligue du Nord, pourrait créer la surprise en accédant au second tour face à Virginia Raggi, pour un duel féminin inédit.

La "citoyenne ordinaire"

Virginia Raggi, élégante avocate de 37 ans, s’affiche en citoyenne ordinaire. Circulant ou tentant de circuler à vélo dans Rome Jouant à la serveuse de pizza, avec un programme en apparence simple : rendre simplement la ville vivable, boucher les trous dans les chaussées, améliorer les transports en commun, créer des pistes cyclables, rénover les écoles. On est bien loin sur la forme des coups d’éclat de Beppe Grillo, comique fondateur du Mouvement 5 Etoiles, mais sur le fond, ce sont les mêmes attaques envers le reste de la classe politique

Virginia Raggi

Je me suis engagée en politique parce que je ne pouvais plus tolérer ce que les Partis ont fait de Rome. Ils l’ont massacrée ! Ils se sont servis sur le dos de la bête ! Pas de transports, les écoles s’écroulent / Maintenant si vous voulez du changement, il faut du courage. Ou bien on change tout. Ou bien cela restera comme ça a toujours été.

Le parti de Matteo Renzi devrait tout de même remporter plusieurs grandes villes

A Milan, Giuseppe Sala, le candidat du Parti démocrate, parait en mesure de l'emporter. C'ets le cas également 'à Turin et à Bologne. A Naples en revanche, la mairie devrait rester entre les mains du maire sortant, un ancien procureur membre du Parti des valeurs d'Antonio di Pietro et qui a proclamé que sa ville était "une ville anti-Renzi"

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.