Arrivée de migrants dans le port de Pozallo, en Sicile.
Arrivée de migrants dans le port de Pozallo, en Sicile. © PhotoPQR/Le Parisien / Olivier Corsan

Le flux de migrants en provenance de la Libye ne faiblit pas en Italie. En ce début de semaine, le président Ligue du Nord de la Lombardie a créé la polémique en appelant les communes de sa région à refuser d’accueillir davantage de migrants.

Près de 74.000 migrants sont répartis sur le territoire italien. La riche Lombardie, dans le nord du pays, en accueille 6.200. Plus que suffisant, estime le président Ligue du nord de la région, Roberto Maroni :

J’ai écrit aux préfets de Lombardie. C’est un avertissement pour eux, d’amener de nouveaux clandestins en Lombardie. Et aux maires, je leur dis de refuser de les prendre. Les maires qui voudraient quand même les accueillir, eh bien on leur réduira les subventions régionales.

Matteo Renzi promet des primes aux communes accueillantes

Forza Italia de Silvio Berlusconi s’est engouffrée dans la surenchère verbale, parlant "d’invasion qu’il faut stopper" et de "tsunami de migrants". Le chef du gouvernement Matteo Renzi, lui, réplique en promettant des primes pour les communes accueillantes. Le discours de haine colporté par la Ligue du Nord exaspère en tout cas Sergio Chiamparino, le président de l’Association des régions :

C’est difficile d’aller batailler au niveau de l’Europe pour convaincre l’Allemagne et la France de s’occuper de l’ensemble du problème, si, ensuite, dans notre propre pays, certaines des régions les plus importantes montrent qu’elles ne veulent pas s’y intéresser. Cela nous affaiblit.

Dans ce débat, rares sont les voix qui rappellent que les dizaines de milliers de migrants arrivés ces derniers mois fuient pour la plupart la guerre et les atrocités. Et que les accords internationaux leur garantissent le droit de demander asile.

447 migrants sont encore arrivés mardi 9 juin dans le port de Pozzalo, en Sicile.Pendant le week-end, pas moins de 6.000 personnes ont été secourues en mer et ramenées en Italie. Selon les chiffres du ministère de l’Intérieur italien, 51.400 personnes ont débarqué sur les côtes italiennes depuis le 1er janvier, soit 8.000 de plus par rapport à l’année dernière.

Les migrants clandestins en méditerranée
Les migrants clandestins en méditerranée © Radio France
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.