Amnesty International lance ce 1er décembre sa campagne annuelle de soutien aux défenseurs des droits de l'Homme. Ces derniers sont "de plus en plus les cibles d'attaques" selon l'ONG. France Inter a rencontré l'une de ses militantes, l'ancienne avocate chinoise Ni Yulan.

La militante chinoise des droits de l'Homme Ni Yulan , chez elle, en novembre 2017
La militante chinoise des droits de l'Homme Ni Yulan , chez elle, en novembre 2017 © Radio France / Dominique André

"10 jours pour signer". Amnesty International lance ce 1er décembre sa campagne annuelle de soutien aux défenseurs des droits de l'Homme. Jusqu'au 10 décembre, l'ONG invite à écrire des lettres et signer des pétitions pour demander la libération des militants menacés à travers le monde. 

Handicapée depuis un séjour en prison

Parmi eux, l’ancienne avocate chinoise Ni Yulan, victime d'un acharnement policier et judiciaire depuis 2001 pour avoir soutenu des dizaines de personnes victimes d'expropriations. 

Surveillée, arrêtée et emprisonnée à plusieurs reprises depuis 2002, Ni Yulan, 57 ans, est aujourd'hui handicapée. Une conséquence des tortures subies en prison selon Amnesty International. L'ONG affirme qu'elle a eu les rotules et les pieds brisés lors d'une première détention en 2002. Elle a de nouveau été condamnée en 2008, alors qu'elle tentait de protéger sa maison de la démolition, puis en 2012 lors de la vague de répression du mouvement du Jasmin, inspiré des révoltes arabes.

Ni Yulan vit aujourd’hui avec son époux dans un logement minuscule dans l'est de Pékin
Ni Yulan vit aujourd’hui avec son époux dans un logement minuscule dans l'est de Pékin © Radio France / Dominique André

Rayée du barreau au début des années 2000, la quinquagénaire vit désormais avec son mari dans un minuscule logement, dans l'est de Pékin. Épuisée, fragilisée, mais déterminée, elle continue de défendre les droits des personnes expulsées de leur logement pour laisser la place à de lucratifs projets de construction.

Les défenseurs des droits humains "de plus en plus les cibles d'attaques"

Ni Yulan est soutenue par plusieurs ambassades occidentales, une aide vitale selon Amnesty International. D'après l'ONG, de façon générale, "les personnes qui s'engagent sont de plus en plus les cibles d'attaques" ayant pour objectif de les "faire taire et de les empêcher de mener leurs actions".

Des attaques qui peuvent prendre la forme de "menaces, intimidations, disparitions forcées, assassinats" précise l'association qui dénonce également "l'impunité des auteurs de violations", "l'augmentation de l'utilisation des persécutions judiciaires" et des "campagnes de stigmatisation" qui servent à "décrédibiliser" les défenseurs et leur cause.

Articles liés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.