Dans le documentaire "XY Chelsea" qui sort mercredi en France, la lanceuse d'alerte graciée par Barack Obama en 2017 (et de nouveau incarcérée en 2019) est décrite comme un être fragile mais déterminé, avec un seul but : montrer au monde les actes répréhensibles de l'armée américaine en Irak.

Chelsea Manning, sortie de prison en 2017, a de nouveau été emprisonnée deux fois en 2019
Chelsea Manning, sortie de prison en 2017, a de nouveau été emprisonnée deux fois en 2019 © Getty / Jack Taylor

C'est un portrait plutôt attachant que dresse le réalisateur Tim Travers Hawkins dans le documentaire "XY Chelsea" (du nom du compte Twitter de Chelsea Manning). Le portrait d'un être à la fois charismatique et fragile, "dans la tradition du récit de David contre Goliath", dit le cinéaste :

"À l’origine, XY Chelsea est un film né avec une protagoniste invisible, en prison, avec laquelle je ne pouvais quasiment pas communiquer. Quand Chelsea et moi avons commencé à discuter l’un avec l’autre, elle était emprisonnée dans une prison militaire pour hommes au Kansas. 

Dans ce film, le spectateur fait connaissance avec l'entourage de Manning : ses avocats, sa meilleure amie, des militants des droits de l'homme, ses soutiens, sa mère qu'elle ne voit plus, puis Chelsea Manning elle-même, qui se prête au jeu tout en dévoilant une personnalité timide qui manque d'assurance.

Les révélations

En 2010, issu d'une famille dysfonctionnelle, se retrouvant à la rue, il décide de s'engager dans l'armée, "sur un coup de tête". Il devient analyste du renseignement militaire.

"J'ai vécu l'armée comme une desintox."

Le voilà déployé en Irak, à 22 ans. 

"J'ai réalisé que tout le monde aux États-Unis vivait normalement, pendant que des gens tuaient ou se faisaient tuer. Les médias s'en fichaient."

Lors d'une permission, il divulgue alors, via Wikileaks, 250 000 câbles diplomatiques et plus de 500 000 documents militaires classifiés

"J'avais toutes ces données, ces documents, j'ai voulu faire quelque chose qui fasse la différence."

Le public y découvre surtout de graves bavures de l'armée américaine en Irak, en Afghanistan et des détails sur l'espionnage de la diplomatie mondiale. Avec notamment une vidéo qui fait le tour du monde : celle de soldats américains tuant des civils dans un van.

► VISIONNER | (Attention, la vidéo ci-dessous présente des images choquantes) :

Condamné pour "collusion avec l'ennemi et trahison", Manning doit purger une peine de 35 ans de prison.

"En prenant cette décision, je croyais que je pouvais aider les gens. Je n'ai honte de rien."

Ses conditions d’incarcération à l’isolement total, 23 heures sur 24, sont qualifiées d’inhumaines par le rapporteur spécial des Nations Unies sur la torture.

"J'étais en vie, mais j'étais morte."

Quand Bradley devient Chelsea

En avril 2014, toujours en détention dans une prison pour hommes, Bradley Manning décide de changer son nom en Chelsea Elisabeth Manning. Car Bradley Manning se sent femme dans un corps d'homme. La prison ne l'empêche pas de poursuivre son projet de transformation.

Elle obtient en 2015 l’autorisation de débuter un traitement hormonal pour initier sa transformation en femme. Aujourd'hui, Chelsea Manning est une femme. Sa condition de prisonnière transgenre dans une prison militaire pour hommes a évidemment rendu sa détention encore plus dure. Elle fera d'ailleurs deux tentatives de suicide en 2016.

La libération 

En janvier 2017, Manning voit sa peine commuée à huit ans, à la fin de l'administration Obama. Le film débute d'ailleurs avec des images très fortes de son avocate, militante des droits de l'homme, qui reçoit un appel de la Maison Blanche annonçant la décision du Président américain. En 2018, elle décide de subir une transformation chirurgicale afin de finaliser sa transition. Jouissant d’une nouvelle liberté, Manning décide de s’engager plus encore en se présentant aux élections sénatoriales américaines de 2018, dans le Maryland, pour le parti démocrate. Elle perd.

Puis l'on entend la conversation téléphonique entre l'avocate et Chelsea Manning elle-même. Pas d'explosion de joie, mais de l'inquiétude à l'idée de devenir libre :

"J'ai fait mon trou ici (en prison). Je ne vois plus mes amis d'avant. Je vais devoir atterrir en douceur, apprendre à revivre."

Nouvelle incarcération

Le 11 avril 2019, nouveau rebondissement dans l’affaire WikiLeaks. Le fondateur Julian Assange est arrêté à l’ambassade équatorienne de Londres où il avait trouvé l’asile politique depuis six ans. 

La justice américaine demande alors à Chelsea Manning de témoigner contre Assange. Manning refuse. Elle est une nouvelle fois emprisonnée le 8 mars 2019, de nouveau placée à l'isolement, pour "entrave à la justice" et est également condamnée à payer une amende de 500 dollars par jour après 30 jours d’emprisonnement, puis 1 000 dollars par jour après 60 jours en prison. Elle est remise en liberté le 9 mai mais renvoyée derrière les barreaux le 16 mai.

► VISIONNER | La bande-annonce de XY Chelsea

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.