Comment en est-il arrivé là ? A quelques jours du premier tour de l’élection présidentielle, comment 28 % des brésiliens en sont-ils arrivés à se prononcer en faveur de Jair Bolsonaro ?

Jair Bolsonaro pendant sa campagne électorale, le 5 septembre dernier.
Jair Bolsonaro pendant sa campagne électorale, le 5 septembre dernier. © AFP / EVARISTO SA

Après 30 ans d’une carrière politique particulièrement discrète, ce député fédéral de l’état de Rio de Janeiro dont le premier mandat remonte à 1991 incarne la résurgence d’un Brésil raciste, homophobe, et la nostalgie de la dictature militaire

Si l’impossibilité du grand favori Lula a permis à Bolsonaro de faire un bond de 10 points dans les sondages début septembre, son ascension a été constante depuis le scandale Lava Jato et les révélations d’une corruption généralisée au sein de la classe politique. Aujourd’hui encore, plus de 50 % des candidats dans ces élections générales sont encore sous le coup d’une procédure judiciaire. Jair Bolsonaro, lui, n’a jamais officiellement été pris la main dans le sac et s’est donc construit une image d’homme neuf qui rejette les pratiques frauduleuses de la classe politique traditionnelle. 

À titre informatif, en 2014, le député Bolsonaro dévoilait un patrimoine de 2 millions de reais, sa déclaration de biens s’élevait à 28 000 reais au début de sa carrière en 1990. Une évolution en adéquation avec ses revenus de député fédéral et la valorisation de son patrimoine d’après la revue brésilienne Congresso em Foco. 

Religion et homophobie

C’est en 2008, à l’occasion d’un débat sur l’homosexualité dans les couloirs de l’assemblée, que Jair Bolsonaro a senti le besoin de sortir de la "routine" de son mandat de député. Il affirme que, ce jour-là, "Dieu l’a envoyé en mission". 

Près d’un tiers des électeurs brésiliens qui se prononceront le 7 octobre sont de confession évangélique. Qu’ils soient baptistes, pentecôtiste ou protestants, selon un sondage publié par l’institut brésilien Ideia Big Data, près de 30 % d’entre eux sont convaincus que Jair Bolsonaro est le candidat idoine pour défendre leurs positions à la présidence de la république. 

Libéralisation du port d’arme

C’est une des mesures de son programme. Le candidat Jair Bolsonaro se bat déjà depuis quelques temps pour modifier la législation sur les armes à feu. Il est un membre de l’influent front parlementaire sur la Sécurité Publique, favorable à la libéralisation du port d’arme et à l’abaissement de la majorité pénale.

En avril dernier, Jair Bolsonaro a mandaté l’un de ses fils Eduardo, également député de Rio de Janeiro pour le Parti Social Libéral, pour présenter un projet de loi permettant à tout citoyen de posséder une arme à feu dans un avion. Les solutions proposées par la famille Bolsonaro séduisent les jeunes blancs brésiliens de classe aisée. 60 % de l’électorat de Jair Bolsonaro a entre 16 et 34 ans. 

Attaques verbales tous azimuts

"Bozo" comme le surnomment ses opposants, lui a adopté la méthode Trump, celle qui dit combattre le politiquement correct pour asséner des contre-vérités en s’appuyant sur une rhétorique agressive et une posture d’opposition permanente.

Quelques exemples choisis de la "pensée" bolsonariste : 

"Je préfère que l’un de mes fils meurt dans un accident de voiture plutôt que de s’afficher avec une pédale dans la rue"
- 2017

"Je ne vais pas combattre ni même discriminer, mais si je croise deux hommes qui s’embrassent dans la rue, je frapperai"
- 2002

"J’ai cinq fils… Quatre sont des hommes et pour le cinquième, je me suis planté, et une femme a vu le jour"
- 2017

"L’erreur de la dictature a été de torturer et non pas de tuer"
- 2008

En 2016, lors du vote d’impeachment au congrès contre la présidente Dilma Rousseff, Jair Bolsonaro a dédié son vote aux militaire de 64 et au colonel Carlos Albertos Brilhante Ustra, ancien chef de la sécurité intérieure brésilienne et responsable pendant la dictature (1964-1985) d’avoir torturé des centaines de civils dont la jeune opposante Dilma Rousseff.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.