Nada a 27 ans, elle est étudiante et vit dans un quartier à l'extérieur de Beyrouth. Depuis mars et le début de la crise sanitaire, elle envoie son journal sonore dans lequel elle raconte son quotidien et sa participation aux manifestations contre le gouvernement. Voici son témoignage suite à l'explosion.

Le témoignage de Nada, à Beyrouth, juste après les deux explosions du 4 août 2020
Le témoignage de Nada, à Beyrouth, juste après les deux explosions du 4 août 2020 © Radio France / Claire Braud

Ses premiers sons remontent à mars et, dans son carnet sonore, réalisé avec l'équipe de Foule continentale de Caroline de Gillet, Nada raconte avec beaucoup de sensibilité, d'intimité, d'intelligence et beaucoup d'ambiances, la frustration de vivre la fin des manifestations avec le début du confinement, le confinement vécu depuis un immeuble libanais, les différentes communautés religieuses et leurs adaptations à cet état de fait, et plus récemment, elle racontait la détresse socio-économique des habitants alors qu'elle retournait en manifestation. Pendant trois mois, d'avril à juin, des passages de ces témoignages (disponibles sur Soundcloud) ont été diffusés dans l’émission 18/20 de Fabienne Sintès sur France inter. 

Au lendemain de la double explosion qui a endeuillé Beyrouth, le Liban et le monde entier est sous le choc. Le ministère de la Santé libanais fait état d’au moins 113 morts et 4 000 blessés. Ce sont entre 250 000 à 300 000 personnes qui se retrouvent sans domicile. 

Nada nous a envoyé des sons depuis les lieux où ont eu lieu les explosions. Elle s'est portée volontaire pour aider là-bas et partage avec vous sa tristesse sur place.  Elle a envoyé l'intégralité de son carnet de bord sonore pendant le confinement (qu'elle a continué à enregistrer jusqu'à aujourd'hui). Il s'agit d'une jeune militante pour les droits civiques. Voici son témoignage suite au drame du mardi 4 août :  

Ep 23 : Nada est en larmes après l'explosion de Beyrouth - mercredi 5 août - 9h34

"Merci pour vos messages, j'en ai reçu tellement, surtout de l'étranger. 

Merci pour votre soutien.

Je ne peux même pas décrire l'horreur d'hier… C'était une nuit tellement tragique que je n'ai même pas les mots pour décrire les images que j'ai vues, surtout aux urgences… et ce que j'ai ressenti quand j'ai vu mes meilleurs amis blessés…

Je ne peux même pas imaginer ce que les autres personnes vivent, les proches qu'ils n'ont pas forcément encore retrouvés, qui sont toujours perdus". 

Je suis toujours sous le choc.

Ep 24 : Nada marche entre les débris de l'explosion dans le centre-ville - mercredi 5 août - 13h42

Ep 25 : Les ambulances s'affolent à Mar Mikhael, la zone de Beyrouth qui essuie le plus de dégâts - mercredi 5 août - 13h42

Ep 26 : "C'est très beau de voir des gens qui ne se connaissent pas, s'entraider" - mercredi 6 août - 14h03

Nada : "Je suis allée dans les quartiers de Gemmayzeh et de Mar Mikhael, qui sont très affectés, complètement démolis. C'était incroyable de voir ces endroits dans lesquels j'ai passé de bons souvenirs et qui n'existent plus aujourd'hui... 

J'allais de très nombreuses fois avec mon copain à l'un de nos restaurants préférés par là-bas, et il n'existe plus aujourd'hui… 

C'est très dur ce qu'on est en train de vivre, les images sont telles que j'ai encore beaucoup de mal à décrire ce qui se passe.

Mais ce qui est incroyable c'est le nombre de personnes qui étaient dans la rue hier, qui ne se connaissaient pas et qui s'entraidaient pour sortir de la crise, pour aider des personnes qui ont perdu leur maison, leur magasin, c'était vraiment très beau à voir et ça donne un peu d'espoir. 

C'est aussi tellement frustrant de voir comment, à chaque fois qu'une crise a lieu, que c'est toujours le peuple qui s'entraide pour s'en sortir et que l'État ne prend jamais de mesures… J'espère que c'est la fin pour ce gouvernement, pour tous ces politiciens qui ont, petit à petit, tué le pays et le peuple. Ce n'est pas possible de continuer avec tout ce qui vient de se passer. C'est un crime contre l'humanité. Je ne vois pas comment ils peuvent rester sur place à ne rien faire, à ne pas démissionner après ce qui s'est passé il y a deux jours. 

Je vous enverrai plus de détails quand je serai sur le terrain avec un groupe plus organisé pour aider les personnes à enlever les débris". 

Ep 27 : Nada arrive dans une grande manifestation suite aux explosions - samedi 8 août - 14h42

Il y a une grande manifestation qui s'organise à Beyrouth maintenant, je m'y rends à pied et je peux déjà entendre les mouvements

Ep 28 : "On a réussi à rejeter les gas de leur côté" s'écrie Nada dans la manifestation - samedi 8 août - 16h07

On a réussi à rejeter les gas de leur côté ! 

Ep 29 : Nada enregistre les cris et les slogans dans la manifestation - samedi 8 août - 14h44

Ep 30 : "On est à l'entrée du parlement, ils lancent les gaz, les gens sont furieux" - samedi 8 août - 14h40

Tout est bloqué !

Aller plus loin

🎧 ÉCOUTER - Le Journal transnational & sonore par temps de corona de Nada au Liban 

🎧 ÉCOUTER - Retrouvez tous les podcasts du Journal transnational & sonore par temps de corona - Par l'équipe de Foule Continentale présentée par Caroline Gillet 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.