Jean-Marc Ayrault veut lutter contre les actes de piraterie
Jean-Marc Ayrault veut lutter contre les actes de piraterie © Maxppp / Pierre-Louis Pages

Dans un entretien au Marin Ouest-France, le Premier ministre annonce qu'il va autoriser le recours à des gardes armés privés à bord des navires, pour lutter contre la piraterie. Les armateurs français le réclamaient depuis longtemps.

Jusqu'ici, les armateurs de navires français bénéficiaient de la protection de la Marine nationale... Mais n'étaient pas autorisés à embarquer des gardes privés, contrairement à d'autres pays comme la Grande-Bretagne, l'Espagne ou le Danemark. Une inégalité qui handicapait les navires français.

Jean-Marc Ayrault assure donc qu'il fallait leur permettre "de se positionner sur le marché à armes égales avec leurs homologues européens qui bénéficient de ce type de dispositifs".

Évidemment, le recours à des gardes armés sera "encadré" par des "autorisations et agréments professionnels qui seront délivrés pour attester du professionnalisme des entreprises et du respect des règles minimales fixées par décret".

La réaction de Christian Bucher, secrétaire d'Europe Ecologie Les Verts dans le Finistère.

Depuis plusieurs années, la piraterie connaît un véritable age d'or dans les eaux internationales, et notamment dans l'océan Indien.

Pavillon français obligatoire pour le pétrole

Autre mesure annoncée par le Premier ministre, l'obligation pour les importateurs de produits pétroliers en France de "le faire au moins en partie sous pavillon français". "C'est fondamental pour notre sécurité énergétique: pour sécuriser nos approvisionnements, nous ne pouvons pas dépendre entièrement de flottes étrangères".

Les deux mesures seront, Jean-Marc Ayrault le promet, "mises en oeuvre sans attendre".

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.