Autoportrait de Myuran Sukumaran qui a également peint l'autre condamné australien Andrew Chan
Autoportrait de Myuran Sukumaran qui a également peint l'autre condamné australien Andrew Chan © Ben Quilty

Si le répit est officiel pour Serge Atlaoui -même si on ne sait pas durant combie de temps - l'Indonésie se montre toujours aussi déterminée à procéder rapidement à l'exécution des huit autres étrangers (d'Australie, du Brésil, des Philippines et du Nigeria) condamnés à mort pour trafic de drogue, en dépit des condamnations internationales et des pressions des différentes chancelleries.

Pas d'annonce concernant la date des exécutions, mais les huit ont reçu samedi la notification officielle de leur exécution imminente. Dans au minimum 72 heures donc, mais selon plusieurs des avocats, les condamnés ont été informés qu'ils seraient exécutés mardi.

Ces condamnés ont récemment vu leur demande de grâce rejetée par le président indonésien Joko Widodo qui est resté sourd aux appels à la clémence de plusieurs pays, alors que les critiques internationales se multiplient.

Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a exhorté samedi le gouvernement indonésien à ne pas exécuter ces condamnés qui attendent dans le couloir de la mort. Interrogé dimanche sur ces déclarations, le président indonésien a refusé de réagir en indiquant qu'il s'était déjà exprimé sur le sujet auparavant, se montrant inflexible.

Le gouvernement australien a indiqué avoir été informé que l'exécution de ses deux ressortissants, Myuran Sukumaran et Andrew Chan, était "imminente" et a renouvelé ses demandes de grâce au président indonésien, tout comme le gouvernement brésilien qui a également assuré qu'il poursuivrait ses efforts diplomatiques pour tenter d'éviter l'exécution du Brésilien Rodrigo Muxfeldt Gularte, diagnostiqué par plusieurs médecins comme souffrant de schizophrénie, une défense rejetée par la justice indonésienne.

Interrogé par les journalistes à propos des appels à la clémence, le Président Indonésien reste sur ses positions.

A Jakarta, la correspondance de Marie Dhumière

Par

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.