L'esplanade des Mosquées et le Dôme du Rocher
L'esplanade des Mosquées et le Dôme du Rocher © CC Lazhar Neftien

Manifestations à haut risque ce vendredi contre l'opération militaire israélienne à Gaza. L'ensemble des mouvements palestiniens appellent à un "jour de colère" en Cisjordanie et à Jérusalem-Est

Des heurts violents ont eu lieu dès hier soir jeudi entre des manifestants et des forces de sécurité israéliennes près de Ramallah, à Jérusalem-Est et dans plusieurs villes de Cisjordanie. Jeudi soir c'était pour les musulmans la Nuit du Destin, une date importante du ramadan.

►►►A LIRE AUSSI | Gaza : un village dévasté et assiégé par l'armée

Affrontements durant une grande partie de la nuit

Alors que les forces israéliennes ont bombardé jeudi une école gérée par les Nations unies dans la bande de Gaza, où des civils palestiniens avaient trouvé refuge, faisant au moins 15 morts et de nombreux blessés, plus de 10.000 manifestants ont répondu jeudi soir à un appel à se rassembler "pour la liberté et la dignité" et à "prier pour les âmes des martyrs", avant d'être empêchés de se rendre sur l'esplanade des Mosquées à Jérusalem. 150 manifestants ont été blessés, dont trois sont dans un état critique. Les forces israéliennes ont riposté à balles réelles après avoir été la cible de pierres et de cocktails Molotov jetés en direction de gardes-frontières et des soldats.

Les explications de Ludovic Piedtenu à Jérusalem

Un dernier vendredi du Ramadan sous haute tension

Des forces de l'ordre israéliennes quadrillent en nombre vendredi matin le secteur de la Vieille Ville de Jérusalem-Est, où 39 manifestants ont été arrêtés dans la nuit, tandis que 27 policiers ont été légèrement blessés dans les violences. L'accès à l'Esplanade des Mosquées a été interdit aux hommes de moins de 50 ans pour la prière du Vendredi.

Depuis plusieurs jours, des affrontements rappelant parfois la deuxième Intifada (2000-2005) témoignent d'une colère grandissante en Cisjordanie occupée mais aussi dans les villes du nord du pays où vivent une partie des 1,4 million d'Arabes israéliens, qui représentent 20% de la population.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.