Julian Assange durant une conférence de presse à l'ambassade d'Equateur
Julian Assange durant une conférence de presse à l'ambassade d'Equateur © REUTERS/John Stillwell/pool

Le fondateur de WikiLeaks, invité des journées d'été d'EELV, a lancé par vidéo, depuis l'ambassade d’Équateur à Londres où il est contrait de résider, un appel à François Hollande pour faire voter une "loi garantissant la protection des lanceurs d'alerte"

Julian Assange a pris la parole, ce vendredi, lors des journées d'été des écologistes français à Villeneuve d'Ascq, près de Lille. Le lanceur d'alerte n'était pas physiquement présent, puisqu'il vit toujours reclu à l'ambassade d'Equateur de Londres où il s'est réfugié en juin 2012 pour éviter les poursuites dont il fait l'objet, mais il s'est exprimé par vidéo-conférence et a lancé un appel à François Hollande pour qu'il fasse voter une loi pour protéger les lanceurs d'alerte :

Je voudrais faire un appel à M. François Hollande. Si la France veut vraiment protéger les droits de ses journalistes et de sa population, il faut permettre la communication et le partage des informations et donc il est nécessaire d'avoir une loi. Cette loi devrait garantir la protection des lanceurs d'alerte au cas où ils révèleraient des informations.

Le fondateur de WikiLeaks, qui s'ést vu refuser le mois dernier sa demande d'asile par la France, a été ovationné à la fin de son allocution par une salle qui scandait "Asile pour Julian ! "

La protection des lanceurs d'alerte très embryonaire dans le droit français

La notion anglo-saxonne de "whistle blower" est relativement récente chez nous. Le besoin de créer un statut qui les protègerait mieux est régulièrement invoqué.

Pour Stéphanie Gibaud, ancienne salariée de la banque UBS, qui avait dénoncé les incitations à la fraude fiscale pratiquée par cette banque suisse , il faut une vraie volonté politique pour mettre en place une loi de protection de tous les lanceurs d'alerte.

Stéphanie Gibaud avec Benoît Collombat

Julian Assange
Julian Assange © Radio France
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.