Le Kasaï est une province de la République démocratique du Congo. Terre historique d’opposants au pouvoir, la région connaît depuis deux ans des violences sans précédent depuis l’assassinat par l’armée d’un chef coutumier opposé au président Kabila. France Inter est l’un des rares médias à s’être rendu sur place.

Le Kasaï meurt de faim
Le Kasaï meurt de faim © MYOP / Guillaume Binet

Le silence. Ils sont pourtant onze bébés dans l’unité nutritionnelle thérapeutique intégrée d’Action contre la faim à Tshikapa. C’est là que l’on soigne les cas les plus graves de malnutrition aiguë sévère avec complications, quand le paludisme, des infections respiratoires, fièvres typhoïdes, tuberculoses s’ajoutent à la faim…  

Onze bébés et pas de pleurs, juste des geignements étouffés pour ceux qui ont encore la force. Sur un lit au fond, un petit décharné halète. On n’ose s’avancer tant son oxygène est précieux. Son visage est celui d’un vieillard que la mort approche. 

Les enfants, d'abord soignés avec des traitements traditionnels, arrivent dans un état critique au centre de santé.
Les enfants, d'abord soignés avec des traitements traditionnels, arrivent dans un état critique au centre de santé. / MYOP / Guillaume Binet

La fille de Beitou refuse de manger. Elle a sept mois et pèse 4,5 kilos. Elle est nourrie par sonde. 

"En s'enfuyant, on s'est retrouvée coincés entre les militaires derrière et les miliciens devant. Ils ont coupé l'oreille de mon fils de dix ans. Il va mieux mais ma fille ne mange plus." 

Domba lui est orphelin. Sa tante a voulu le sauver en lui administrant des traitements traditionnels recommandés par le "pharmacien" de son village. La peau de Domba est brûlée, son visage est gonflé par les œdèmes. Sa tante a compris trop tard qu’elle aggravait son cas.

"Je lui ai donné un traitement contre la jaunisse et l’anémie à base de racines, de noix de coco et de citronnelle. Il va mieux depuis qu'il est là, mais il a encore de la fièvre." 

Maman Lucie, la responsable Action contre la faim soupire. Les enfants en état grave sont de plus en plus nombreux à se présenter au centre de santé. Elle tourne frénétiquement les pages d’un grand carnet, 39 nouveaux cas en décembre, janvier encore en hausse… Maman Lucie s'accroche à ses statistiques : sur les 88 enfants admis en trois mois, quatre sont morts au centre de Tshikapa. 

Des gens vont mourir de faim avertit l’ONU

Les Nations Unies ont lancé un appel de fonds de 1,37 milliard d’euros pour aider la population du Kasaï. La situation a atteint "un point de rupture […] Si nous n’obtenons pas un tel niveau de financement, des gens vont mourir" estime Jean-Pierre Chauzy, le représentant de l’OIM en RDC.

"Le temps presse pour sauver des centaines de milliers de vie » avertissent l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), l’Unicef et le PAM (Programme alimentaire mondial). 400 000 enfants souffrent de malnutrition aiguë sévère, 3,2 millions de personnes sont en insécurité alimentaire grave selon les agences des Nations Unies et seules 400 000 ont reçu une aide en décembre. 

L’ONU avait déjà lancé un appel à l’aide mais les pays donateurs n’avaient apporté qu’une infime partie de la somme nécessaire pour aider le Kasaï.

► POUR MIEUX COMPRENDRE

► À ECOUTER 

Le reportage de Mathilde Dehimi sur la malnutrition 

1 min

La malnutrition des enfants du Kasaï

Par Mathilde Dehimi
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.