Trois jours de deuil national ont commencé au Kenya
Trois jours de deuil national ont commencé au Kenya © Thomas Mukoya

Enquêteurs et secouristes fouillent les décombres des étages effondrés du centre commercial Westgate Mall en quête de corps. Le siège par l'armée a pris fin hier après quatre jours de combats face à un commando d'islamistes somaliens.

Un deuil national de trois jours a été décrété au Kenya après l'attaque meurtrière du centre commercial West Gate.L'assaut lancé samedi, revendiqué par les insurgés islamistes somaliens shebab, a coûté la vie à au moins 61 civils, six membres des forces de sécurité kényanes et cinq assaillants. Presque autant de personnes sont portées disparues et 175 ont été blessées.

Bilan encore incertain

Le président Kenyan pris la parole pour annoncer lui même que les forces de sécurité avaient "vaincu et humilié " le commando. Reste à savoir quel est le bilan précis de cette attaque qui aura duré plusieurs jours.

Les autorités kenyanes parlent de 61 morts civils, 72 avec les militaires et les assaillants. Les Shebabs de leur côté affirment que 137 otages ont péri.

Autant dire qu'il reste des zones d'ombre. A ECOUTER : > A Nairobi, les explications de Stéphanie Braquehais ### L’opération la plus meurtrière à Nairobi depuis 1998

Il s'agit d'ores et déjà de l'opération la plus meurtrière à Nairobi depuis l'attentat-suicide d'Al-Qaïda en août 1998 contre l'ambassade des Etats-Unis, qui avait fait plus de 200 morts .

Le nombre de victimes devrait encore grimper, a prévenu mardi soir le président kényan Uhuru Kenyatta car le toit du Westgate s'est partiellement effondré. "Des corps sont toujours bloqués " sous les décombres, a précisé le président.

Des experts en explosifs aidés de robots démineurs téléguidés inspectent le bâtiment effondré, vérifiant "qu'aucun explosif n'a été laissé " dans le dédale de magasins par les islamistes. Des équipes de chiens renifleurs recherchaient également des bombes, mais aussi les corps de tout ou partie de la soixantaine de disparus.

La composition du commando controversée

Le commando, composé de 10 à 15 personnes selon les autorités , avait pénétré samedi à la mi-journée dans le Westgate, lançant des grenades et tirant à l'arme automatique sur les employés et la foule de Kényans et d'expatriés venus faire leurs courses du week-end, avant de se retrancher dans le bâtiment avec des otages.

Outre les cinq islamistes abattus, d'autres sont peut-être ensevelis sous les décombres avec des otages. On ignorait mercredi si certains avaient réussi à s'enfuir. Onze suspects ont par ailleurs été arrêtés, selon Uhuru Kenyatta, sans aucune autre précision.

Des rumeurs ont circulé sur la présence dans le groupe de combattants étrangers, notamment américains et britanniques, dont la Britannique Samantha Lewthwaite, veuve d'un des kamikazes des attentats du 7 juillet 2005 à Londres, surnommée "la veuve blanche " par les médias.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.