kiev, le bas de la rue Grouchevski, principal point de contact entre manifestants et police
kiev, le bas de la rue Grouchevski, principal point de contact entre manifestants et police © Nicolas Mathias/Radio France

Alors que la contestation ne cesse de s'étendre, le président Ianoukovitch a proposé samedi aux chefs de l'opposition de diriger le gouvernement et s'est dit prêt à une révision de la Constitution pour réduire ses pouvoirs

Arséni Iatséniouk, chef du parti de l'opposante emprisonnée Ioulia Timochenko, s'est vu proposer par la Présidence, le poste de Premier ministre et l'ex-boxeur Vitali Klitschko celui de vice-Premier ministre, a précisé la présidence.

La contestation s'est encore étendue

Hors de Kiev, les administrations de la plupart des régions de l'Ouest sont occupées par des milliers de manifestants qui réclament le départ des gouverneurs nommés par le président et samedi, ce mouvement s'est propagé à d'autres régions du Nord et de l'Est.

A Kiev, après près de deux jours de retour de calme, la tension est de nouveau montée dans la nuit de vendredi à samedi rue Grouchevski à Kiev, théâtre de scènes de guérilla urbaine cette semaine. Les manifestants ont lancé des cocktails Molotov et des pavés en direction des policiers antiémeute, qui ont répliqué avec des grenades assourdissantes et des balles en caoutchouc.

L'annonce par Viktor Ianoukovitch pour la semaine prochaine d'un remaniement ministériel et d'amendements aux nouvelles lois anticontestation n'a pas convaincu les manifestants mobilisés depuis plus de deux mois.

A Kiev,Rudy Guillemin s'est rendu sur l'une des barricades érigées par les contestataires

Le ministère de l'intérieur a averti les manifestants réunis place de l'Indépendance dans le centre de Kiev, ainsi que dans les bâtiments publics occupés, seront désormais considérés par la police comme appartenant à des "groupes extrémistes". Avec le décès à l'hôpital d'un homme de 45 ans, le bilan officiel des affrontements a atteint samedi trois morts. L'opposition fait état de son côté de six morts.
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.