[scald=59675:sdl_editor_representation]PARIS (Reuters) - L'accord de Bruxelles pour sauver l'euro et résoudre le problème de la dette grecque, signé la semaine dernière après un sommet européen, est la seule voie possible, a estimé mardi le président français Nicolas Sarkozy.

Il s'exprimait après une réunion avec les principaux ministres concernés à l'Elysée, au lendemain de l'annonce-surprise d'un référendum sur le sujet par le Premier ministre grec George Papandréou.

"Cette annonce a surpris toute l'Europe. La France tient à rappeler que le plan adopté jeudi dernier à l'unanimité des 17 membres de la zone euro est la seule voie possible pour résoudre le problème de la dette grecque", a dit Nicolas Sarkozy.

"Donner la parole au peuple est toujours légitime mais la solidarité de tous les pays de la zone euro ne saurait s'exercer sans que chacun consente aux efforts nécessaires", a-t-il ajouté.

La France et l'Allemagne ont pris l'initiative de réunir mercredi, avant le sommet du G20 à Cannes, les représentants des institutions européennes, du FMI et le Premier ministre grec, "pour examiner les conditions dans lesquelles les engagements pris seront tenus", a conclu le président français.

Thierry Lévêque, édité par Matthieu Protard

Mots-clés :

Derniers articles

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.