Pour la troisième nuit consécutive, des manifestations se sont déjà déroulées dans le calme dans la ville du drame.

nuit calme à ferguson
nuit calme à ferguson © reuters

Ce sera la première manifestation dans une grande ville américaine après la mort du lycéen tué par un policier à Ferguson.

L'indignation sera encore un peu plus visible cet après-midi à New-York, théâtre de la première manifestation d'importance autour de la mort de Michael Brown, ce jeune homme noir victime d'une bavure policière qui a scandalisé le monde entier.

On y croisera des figures de la lutte anti-racisme. Car l'objectif, c'est de dénoncer, au-delà de ce drame bien particulier, des pratiques policières fréquentes dans cette ville et dans d'autres.

Les bavures racistes sont en effet un phénomène récurrent aux Etats-Unis, Frédéric Carbonne

Ferguson retrouve son calme

En attendant ce nouveau cortège à New-York, pour la troisième nuit consécutive des manifestations se sont déroulées dans le calme vendredi à Ferguson, dans le Missouri. Plusieurs centaines de personnes ont défilé dans les rues de la ville près de l'endroit où Michael Brown, 18 ans, est mort le 9 août. Les forces de police présentes sur place ne sont pas intervenues.

En dépit des signes d'apaisement des derniers jours - seules quelques arrestations ont eu lieu mercredi et jeudi - les autorités craignent toutefois un regain de tension avant les funérailles de Michael Brown, prévues lundi.

La police de Ferguson, une ville de 21.000 habitants majoritairement afro-américains, a été vivement critiquée, notamment au cours des premières journées de manifestations, après l'arrestation de plusieurs dizaines de personnes et l'utilisation de matériel militaire et de méthodes jugées provocatrices.

La mort de Michael Brown et les incidents qui ont suivi ont mis en évidence la persistance de tensions raciales à Ferguson, une ville dans laquelle la quasi-totalité des policiers et des responsables politiques sont blancs. Un "grand jury" de neuf personnes dont trois Noirs s'est réuni pour la première fois cette semaine pour étudier le dossier judiciaire de la mort de Michael Brown.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.