Bataille diplomatique entre Obama et Netanyahu
Bataille diplomatique entre Obama et Netanyahu © REUTERS/Kevin Lamarque / REUTERS/Kevin Lamarque

Il parlera devant le Congrès américain acquis aux Républicains. Le premier ministre israélien s'est invité devant les parlementaires sans prévenir Barack Obama. Au coeur du conflit : le nucléaire iranien.

L'Iran doit s'engager à geler, de façon vérifiable, ses activités atomiques pendant au moins dix ans pour qu'un accord définitif soit conclu sur la question de son programme nucléaire, a déclaré hier Barack Obama :

Si, véritablement, l'Iran accepte de geler son programme là où il en est pendant au moins dix ans [...], si nous obtenons cela, ainsi que des moyens de le vérifier, aucune autre mesure que nous pourrions prendre ne nous donnera mieux la garantie qu'ils n'ont pas l'arme nucléaire. L'objectif des États-Unis est de faire en sorte qu' Il y ait au moins un an entre le moment où nous constations qu'ils cherchent à se doter d'une arme nucléaire et celui où ils sont en mesure de l'avoir.

Les deux pays ne proposent pas les mêmes méthodes. À Washington, Frédéric Carbonne.

Il note un "désaccord marqué" entre l'administration américaine et le gouvernement israélien sur le moyen d'atteindre l'objectif, partagé, d'empêcher l'Iran de se doter de l'arme nucléaire. Barack Obama s'est employé dans l'interview à minimiser les dégâts à long terme, dans les relations bilatérales, du discours que doit prononcer aujourd'hui devant le Congrès le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, déclarant que le problème n'était pas une question de personnes et qu'il rencontrerait le dirigeant israélien s'il remporte les législatives du 17 mars.

À 15 jours des élections, la campagne est très médiocre. À Jérusalem, Sébastien Laugénie.

Netanyahu devant le Congrès

Benjamin Netanyahu a estimé hier avoir "l'obligation morale" d'exprimer haut et fort ses divergences avec l'administration Obama sur le dossier iranien, affirmant que l'accord en cours de négociation avec Téhéran menaçait l'existence même d'Israël. Le chef du gouvernement israélien doit prononcer aujourd'hui devant le Congrès un discours focalisé sur l'Iran qui menace de dégrader un peu plus ses relations avec Barack Obama.

S'exprimant hier lors de la conférence annuelle de l'Aipac, (Comité américain pour les affaires publiques israéliennes) puissant lobby pro-israélien, Benjamin Netanyahu a assuré que l'alliance entre Israël et les Etats-Unis était "plus forte que jamais" et continuerait de se renforcer.

Les négociations autour du nucléaire iranien
Les négociations autour du nucléaire iranien © Radio France
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.